Rechercher

Une agence d’adoption chrétienne accusée d’avoir discriminé un couple juif

Elizabeth et Gabriel Rutan-Ram poursuivent le Tennessee qui finance l'agence méthodiste d'adoption concernée

Elizabeth et Gabriel Rutan-Ram. (Autorisation : American United)
Elizabeth et Gabriel Rutan-Ram. (Autorisation : American United)

JTA — Un couple juif a porté plainte contre le département des services à l’enfance du Tennessee après qu’une agence chrétienne spécialisée dans l’adoption et dont le travail est soutenu par des fonds publics a refusé de l’aider dans ses démarches d’adoption. Elizabeth et Gabriel Rutan-Ram sont Juifs.

La plainte a été déposée avec le soutien d’un groupe de défense des libertés religieuses. Elle est la première à défier ouvertement une loi approuvée en 2020 dans le Tennessee qui permet aux agences d’adoption de ne pas placer des enfants dans des familles qui contreviendraient à leurs « convictions ou politiques religieuses morales ».

Cette législation du Tennessee vise à permettre aux agences de refuser de confier des enfants à des couples homosexuels. Comme c’est déjà arrivé dans d’autres États dotés d’un texte similaire, les agences utilisent la latitude de décision qui leur est donnée de manière bien plus large.

Le couple avait tenté d’adopter un enfant par le biais d’une agence de l’église méthodiste de Greenville, dans le Tennessee, l’année dernière.

Après avoir décidé d’accueillir un enfant de Floride, qu’il devait ultérieurement adopter, le couple avait fait appel à l’agence d’adoption Hopston pour prendre part à la formation offerte par cette dernière aux familles d’accueil. S’il leur avait été dit dans un premier temps qu’ils pourraient participer à cette formation, selon la plainte, l’agence leur avait fait savoir qu’elle ne pourrait pas les aider la veille du début de cette session.

« J’ai eu le sentiment d’avoir reçu un coup de poing à l’estomac », a dit Elizabeth Rutan-Ram dans un communiqué de presse, selon le Knoxville News Sentinel. « C’est la première fois que je me sens discriminée en tant que Juive. C’est un véritable choc. Et cela fait très mal parce que l’agence paraît penser qu’un enfant sera toujours mieux s’il est placé sous la tutelle de l’État que dans un foyer aimant, comme celui que nous avons à offrir. »

Le couple Rutan-Rams n’est pas la première famille juive à affronter des difficultés à cause de la religion lors de démarches d’adoption entamées avec une agence chrétienne.

« Je pense souvent aux enfants plus âgés qui attendent une famille, ceux rencontrés au sein de l’institution Miracle Hill que nous aurions pu aimer si nous n’avions pas été rejetés à cause de notre foi », avait écrit Lydia Currie à JTA en 2019, évoquant le parcours du combattant de sa famille en Caroline du sud. « Je me demande ce qu’ils sont devenus – et s’ils attendent encore. »

En Caroline du Sud, l’administration Trump avait permis au gouverneur de suspendre les règles fédérales qui interdisaient les discriminations religieuses pour les organisations bénéficiant de fonds publics – ce qui est le cas d’un grand nombre d’agences d’adoption. L’agence Holton, à laquelle le couple Rutan-Rams s’était adressé, reçoit également un financement fédéral.

Le couple est représenté dans sa plainte qui a été déposée mercredi par le groupe AUSCS (Americans United for Separation of Church and State).

« Les fonds publics ne doivent jamais être utilisés pour discriminer les Américains en fonction de leur religion. La loi ne devrait jamais créer des obstacles empêchant des parents aimants de s’occuper d’enfants en quête d’un foyer. Et sûrement pas en raison d’une discrimination religieuse », a commenté auprès du Knoxville New Sentinel Alex Luchenitser, vice-président adjoint de l’organisation qui prône la séparation entre l’église et l’État.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...