Une ancienne mosquée en Terre sainte exhumée dans la ville bédouine de Rahat
Rechercher

Une ancienne mosquée en Terre sainte exhumée dans la ville bédouine de Rahat

La mosquée rurale date d'après la conquête arabe en 636 de notre ère et apporte une mine de connaissances sur un empire qui passe du christianisme à l'islam

Amanda Borschel-Dan édite la rubrique « Le Monde Juif »

Des jeunes de la région participent aux fouilles d'une mosquée du tout début du VIIe-VIIIe siècle près de Rahat, en prévision d'une extension du quartier, en juillet 2019. (Anat Rasiuk/Autorité israélienne des Antiquités)
Des jeunes de la région participent aux fouilles d'une mosquée du tout début du VIIe-VIIIe siècle près de Rahat, en prévision d'une extension du quartier, en juillet 2019. (Anat Rasiuk/Autorité israélienne des Antiquités)

Une mosquée rurale rare, très ancienne, a été découverte lors de fouilles archéologiques récentes dans la ville bédouine de Rahat, dans le sud d’Israël. La mosquée en plein air est datée par les archéologues de l’Autorité israélienne des Antiquités (AIA) vers les VIIe-VIIIe siècles de notre ère et est l’un des plus anciens exemples connus dans le monde, selon un communiqué de presse de l’AIA publié jeudi.

Selon le professeur Gideon Avni, expert de l’AIA sur l’islam primitif, « c’est l’une des plus anciennes mosquées connues depuis le début de l’arrivée de l’Islam en Israël, après la conquête arabe en 636 de notre ère ».

Les vestiges d’une grande ferme datant de la fin de l’ère byzantine, vers les VIe et VIIe siècles de notre ère, ainsi qu’un certain nombre d’autres bâtiments qui indiquaient une communauté agricole islamique précoce, selon le codirecteur des fouilles, Shahar Zur, ont également été découverts sur ce site, avant la construction d’un nouveau quartier.

Zur affirme que la mosquée en plein air possédait un michrab semi-circulaire, ou niche de prière, orienté sud-sud-est, en direction de la Mecque.

Bien que la conquête arabe a eu lieu en 636, l’Islam n’est devenu la religion majoritaire qu’au IXe siècle.

Une mosquée très ancienne datant des VIIe et VIIIe siècles de l’ère chrétienne est en cours de fouille près de Rahat, en juillet 2019. (Anat Rasiuk/Autorité israélienne des Antiquités)

« La découverte d’une mosquée près d’une implantation agricole entre Beer Sheva et Ashkelon… indique les processus de changement culturel et religieux que le pays a connu pendant la transition de la période byzantine à la période islamique précoce », a déclaré Avni.

Les fouilles ont été codirigées par Jon Seligman et Zur, qui ont déclaré dans le communiqué de presse que si d’autres mosquées de l’époque étaient connues des chercheurs, elles concernaient de grandes villes telles que Jérusalem ou La Mecque.

Shachar Zur de l’Autorité israélienne des Antiquités lors de la fouille d’une mosquée du début du VIIe-VIIIe siècle près de Rahat. (Anat Rasiuk/Autorité israélienne des Antiquités)

« Cette petite mosquée rurale, datée du VIIe ou VIIIe siècle de notre ère, est une découverte rare dans le monde, en particulier dans la région au nord de Beer Sheva, où aucun bâtiment similaire n’a été découvert auparavant. De cette période, il y a de grandes mosquées connues à Jérusalem et à La Mecque, mais ici nous avons la preuve d’une ancienne maison de prière qui semble avoir servi les fermiers qui vivaient dans la région », ont affirmé les archéologues.

Outre la mosquée, d’autres vestiges de grands bâtiments ont été découverts. Les structures étaient divisées en fonction de leurs diverses utilisations, notamment les salons, les cours ouvertes, les espaces de rangement et la préparation des aliments, y compris les fours à ciel ouvert, ou tabouns, pour la cuisson.

Dr. Tali Erickson-Gini, de l’Autorité israélienne des Antiquités, lors des fouilles d’une mosquée du début du VIIe-VIIIe siècle, à proximité de Rahat. (Anat Rasiuk/Autorité israélienne des Antiquités)

L’archéologue de l’AIA, le Dr. Tali Erickson-Gini, a déclaré que les preuves archéologiques montrent une activité datant du milieu du VIIe siècle – juste après la conquête musulmane.

« Nous trouvons des récipients de stockage qui sont indispensables pour un endroit comme celui-ci », a-t-elle dit, dont certains peuvent être très grands et potentiellement utilisés pour stocker l’eau, un élément nécessaire dans le Néguev, aride mais fertile.

Selon les directeurs des fouilles, « ces sites faisaient partie de la structure agricole du Néguev du Nord dans l’Antiquité. Le sol était propice à la culture des céréales, et l’eau souterraine des ruisseaux permanents attirait des peuplades désireuses de cultiver cette terre ».

Des jeunes de la région participent aux fouilles d’une mosquée du tout début du VIIe-VIIIe siècle près de Rahat, en prévision d’une extension du quartier, en juillet 2019. (Anat Rasiuk/Autorité israélienne des Antiquités)

Le site a été déblayé avec l’aide de la jeunesse locale et des habitants de Rahat. Rahat est la plus grande installation bédouine permanente au monde et a été reconnue par l’État d’Israël comme une ville en 1994.

La participation de jeunes des villages de Meitar, Gvaot Bar et Beit Kama a été facilitée par le projet Legacy de l’AIA, qui permet aux personnes en vacances d’été de « gagner un salaire équitable, de se rapprocher du passé et de vivre une expérience qui durera toute une vie », indique le communiqué de presse.

Les fouilles sont financées par l’Autorité pour le développement des Bédouins dans le Néguev et par Emek Ayalon Infrastructure & Projects Management Ltd (2000).

Le centre de la ville bédouine de Rahat dans le sud d’Israël, 16 février 2014. (Hadas Parush/Flash90)

Selon le communiqué de presse, les organes compétents « examinent les possibilités d’intégrer cette découverte particulière dans le nouveau quartier qui est sur le point d’être construit dans la ville ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...