Rechercher

Une commission envisage de réformer les services militaire et national de Tsahal

Il s'agira d'examiner la possibilité d'échanger le modèle actuel contre un service universel, certains Israéliens servant dans l'armée et d'autres effectuant un service national

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un homme ultra-orthodoxe passe devant le bureau de recrutement de l'armée à Jérusalem, le 22 juillet 2013. (Yonatan Sindel/ Flash 90/ File)
Un homme ultra-orthodoxe passe devant le bureau de recrutement de l'armée à Jérusalem, le 22 juillet 2013. (Yonatan Sindel/ Flash 90/ File)

Le Premier ministre Naftali Bennett et le ministre de la Défense Benny Gantz ont formé un comité chargé d’envisager des réformes du service militaire et du service national en Israël, et potentiellement de faire du service national un programme obligatoire, ont déclaré leurs bureaux mercredi.

Gantz a appelé à plusieurs reprises à une réforme du service national, affirmant que sans un tel effort, le pays serait contraint de mettre fin à la conscription et de transformer l’armée israélienne en une armée professionnelle et volontaire.

La commission « envisagera des ajustements au service de Tsahal et au service national et civil, en construisant un nouveau cadre, large et actualisé, qui répond aux besoins de la sécurité nationale, de l’économie et de la société israélienne, pour les divers groupes de sa population, qui aura un large attrait national », selon une déclaration conjointe du bureau du Premier ministre et du ministère de la Défense.

Selon la déclaration, la commission sera dirigée par le secrétaire du Cabinet Shalom Shlomo et le chef de cabinet de Gantz, Maayan Yisraeli, et comprendra des représentants des ministères de la Justice, des Finances, de l’Économie, de l’Égalité sociale et de la Défense, ainsi que du Cabinet du Premier ministre, de Tsahal et de l’Autorité du service national.

Le comité a été formé conformément à une décision du cabinet qui a été adoptée en août.

M. Gantz et le directeur général de son ministère, Amir Eshel, se sont tous deux prononcés en faveur d’un modèle de service national universel pour remplacer le système actuel, qui exempte les Arabes israéliens et presque tous les Israéliens ultra-orthodoxes de l’obligation d’effectuer un service militaire ou civil.

Des amis et des membres de la famille accueillent de nouvelles recrues de la brigade des parachutistes de Tsahal à la base militaire de Tel Hashomer, à l’extérieur de Tel Aviv, le 28 juillet 2016. (Tomer Neuberg/Flash90)

« Avec la fondation du pays, Tsahal a également été fondée et la conscription était exigée de tous. Aujourd’hui, 73 ans plus tard, alors que seule la moitié des jeunes de 18 ans s’enrôle et que le pays est passé d’une politique de melting-pot à une nation de ‘toutes ses tribus’, nous devons développer un modèle différent », a déclaré Gantz en septembre.

Ces dernières années, des voix de plus en plus nombreuses en Israël ont demandé que l’armée israélienne se convertisse en une armée professionnelle et volontaire, soutenant que cela est à la fois plus efficace et plus conforme à la nature actuelle du pays, plus pro-marché et capitaliste.

Une enquête récente menée par l’Institut israélien pour la démocratie a révélé que, pour la première fois depuis qu’il a commencé à suivre la question, les Israéliens sont plus nombreux à soutenir la fin du service militaire et la transformation de Tsahal en une armée professionnelle qu’à soutenir le maintien du système actuel.

Le ministre de la Défense a déclaré qu’il souhaitait maintenir globalement le modèle de conscription afin de « garder Tsahal en tant qu’armée populaire, une armée forte et diversifiée », mais il a reconnu qu’un pourcentage important d’Israéliens ne voudraient pas y combattre et que d’autres options de service étaient nécessaires, en partie pour développer des compétences professionnelles.

« Parallèlement à l’armée populaire, nous formerons des filières de sécurité et de service civil, pour ceux pour qui le service militaire n’est pas approprié, mais qui peuvent encore se rapprocher du pays et le renforcer par le biais d’organisations caritatives, d’une assistance communautaire et en acquérant des compétences de vie et des professions », a-t-il déclaré en septembre.

De nombreux chercheurs sur les sociétés israéliennes ultra-orthodoxes et arabes ont, par le passé, exprimé leur scepticisme à l’égard des propositions de Gantz, estimant que ces communautés, qui – pour différentes raisons – ne se sentent généralement pas étroitement liées à l’État, seraient peu enclines à effectuer un service national de leur plein gré.

Le plan général de Gantz pour le service national, qu’il a rendu public au début de l’année, exigerait à terme que tous les Israéliens effectuent une forme de service national après le lycée, sauf raison exceptionnelle l’en empêchant.

Dans le cadre de cette proposition, l’armée aurait le premier choix de recrues et les autres exerceraient d’autres fonctions de sécurité et de service civil, dans la police, les hôpitaux, les écoles, etc.

Chacun serait tenu d’effectuer deux ans de service national. Cela raccourcirait encore le service militaire, ce qui ne manquera pas de susciter des critiques de la part de Tsahal, qui s’oppose déjà à la durée actuelle du service, qui est de deux ans et six mois pour les hommes, contre trois ans avant 2015.

Ce modèle a été largement développé par un groupe appelé Pnima, récemment dirigé par le directeur-général du ministère de Gantz, le major-général de réserve Amir Eshel, et avec lequel Gantz a également été impliqué par le passé. Michael Biton, ministre des Affaires stratégiques au ministère de la Défense jusqu’en 2018, qui était également impliqué dans Pnima, dirigeant l’équipe qui a rédigé la proposition, qui comprenait des représentants du ministère de la Défense, de l’armée et d’autres ministères.

Jusqu’à présent, même les propositions les plus ambitieuses qui ont été sérieusement envisagées par les gouvernements du pays n’appelaient pas à la conscription totale de tous les Israéliens ultra-orthodoxes et arabes, comme le fait ce plan.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...