Une équipe junior de volley prend le nom d’un poison utilisé par les nazis
Rechercher

Une équipe junior de volley prend le nom d’un poison utilisé par les nazis

Les leaders juifs et le Groupe des Combattants de la Liberté Tchèque ont protesté contre le nom de 'Cyklon B' adopté par une équipe lors d'un tournoi de volley à Prague.

Boites de Zyklon-B, exposées à Auschwitz (Crédit photo : CC BY Jaysmark, Flickr)
Boites de Zyklon-B, exposées à Auschwitz (Crédit photo : CC BY Jaysmark, Flickr)

Une équipe junior de volley a choisi de prendre le nom d’un gaz mortel responsable de la mort de nombreux Juifs et Roms durant l’Holocauste, suscitant de vives protestations de la part de la communauté des Juifs tchèques.

L’équipe Cyklon B – transcription tchèque du poison Zyklon B utilisé par les Nazis – a récemment participé à un tournoi qui accueillait des équipes venues d’orphelinats de toute la république à Prague.

Les fans du tournoi, qui était parrainé par la Fonds Bancaire ING de la Fondation Tereza Maxová Foundation, ont ainsi entonné dans les gradins “Allez Cyklon B,” a rapporté le Pravo daily jeudi.

Tomas Jelinek, ancien leader de la communauté juive de Prague, a indiqué au quotidien que l’équipe Cyklon B, qui provenait d’un orphelinat de Dolni Pocernice, un quartier de l’est de Prague, avait également affronté des joueurs Roms.

L’Association des Freedom Fighters [combattants de la liberté] tchèque a elle aussi dénoncé le choix de ce nom.

“Cette erreur d’avoir appliqué le nom de Cyklon B à une équipe sportive constituée d’enfants relève de la responsabilité des adultes et de leur ignorance, que je qualifierai de stupidité », a expliqué Emil Kulfánek, vice- président de l’association, à Pravo.

Jindra Machačová, président du fonds qui a organisé ce tournoi annuel dont c’est la quatrième édition, s’est excusé pour l’incident.

Le directeur de l’un des orphelinats ayant participé au match a expliqué que le nom avait été sélectionné par un athlète de l’équipe, un mineur, et n’avait pas été changé à temps.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...