Une famille demande une Haggadah volée par les nazis au musée d’Israël
Rechercher

Une famille demande une Haggadah volée par les nazis au musée d’Israël

Les petits-enfants d’une victime de l’Holocauste disent que “Tête d’oiseau”, qui serait le plus vieux texte illustré de Pessah, a été vendue sans autorisation

Une page de la "Haggadah Tête d'oiseau", qui date du 14e siècle. (Crédit : Wikimedia Commons)
Une page de la "Haggadah Tête d'oiseau", qui date du 14e siècle. (Crédit : Wikimedia Commons)

Les petits-enfants d’un député juif allemand tué pendant l’Holocauste demandent au musée d’Israël de rendre une Haggadah historique qu’ils disent être la leur.

Selon l’Associated Press (AP), les petits-enfants de Ludwig Marum affirment que la « Haggadah Tête d’oiseau » du musée, qui serait la plus vieille haggadah illustrée, a été volée à la famille Marum par les nazis et vendue sans l’autorisation de la famille au musée national Bezalel, le prédécesseur du musée d’Israël.

La famille, qui affirme que la possession par le musée du manuscrit du 14e siècle est une « injustice morale et illégale de longue date », est représentée par E. Randol Schoenberg, l’avocat qui avait réussi à rendre un tableau de Gustav Klimt à ses héritiers juifs et a été décrit dans le film britannico-américain de 2015 « La femme au tableau ».

Selon l’AP, la famille veut que le manuscrit reste au musée, où il est exposé, mais demande que le musée paie un dédommagement et renomme le manuscrit d’après la famille, ou affronte un procès.

« Nous voulons un compromis », a déclaré Eli Barzilai, 75 ans, qui mène les efforts en son nom et celui de ses cousins. Barzilai vit à Jérusalem, alors que ses cousins vivent aux Etats-Unis et en Allemagne.

La publication spécialisée Art Newspaper, qui avait en premier annoncé la revendication de propriété, a déclaré que la famille demande « moins de » 10 millions de dollars, mais ni Barzilai ni l’avocat de la famille n’ont donné de chiffre à l’AP.

Coucher de soleil sur le musée d'Israël, à Jérusalem, le 27 avril 2015. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Coucher de soleil sur le musée d’Israël, à Jérusalem, le 27 avril 2015. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

« Si nous allons devant le tribunal, a-t-il déclaré, il n’y aura pas de retour. »

Barzilai a déclaré que son avocat et le musée d’Israël avaient échangé au sujet de la Haggadah, et qu’il rencontrerait l’équipe du musée pour la première fois en mai.

Le musée a déclaré dans un communiqué qu’il « attendait de rencontrer M. Barzilai, à la suite de plusieurs suggestions de [notre] part, et d’en apprendre plus sur les nouvelles informations et documentation qu’il possède et de partager ce que sait le musée avec lui. »

Dans un échange d’e-mails fourni par l’avocat de Barzilai, l’avocat du musée a reconnu la propriété de la Haggadah par la famille Marum « pendant un certain temps jusqu’en 1933 ».

La famille sait depuis des décennies que la Haggadah qu’ils pensent être à eux se trouve au musée d’Israël. Cependant, ils n’ont pas agi avant, en partie, selon un des petits-enfants, parce qu’ils pensaient n’avoir aucun recours.

Après que Barzilai a entendu un discours de Schoenberg l’année dernière au musée d’Israël, l’avocat qui a retrouvé les tableaux de Klimt, il s’est rapproché de lui pour lui parler du cas de sa famille.

La « Haggadah Tête d’oiseau » n’est pas le premier cas de restitution de l’Holocauste qu’affronte le musée Israël, selon l’AP. Le musée a déclaré que ces dernières années, il avait rendu 18 œuvres volées pendant la Seconde Guerre mondiale, et était dans un processus pour restituer trois autres œuvres. Le musée dit avoir deux chercheurs dédiés à passer au peigne fin les collections du musée à la recherche d’objets pillés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...