Rechercher

Une fondation d’Auschwitz lance un « Défi à l’indifférence »

Le directeur du musée d'Auschwitz-Birkenau veut s'attaquer aux "spectateurs qui facilitent la discrimination"

Piotr Cywinski, directeur du Musée d'Auschwitz. (Jaroslaw Praszkiewicz)
Piotr Cywinski, directeur du Musée d'Auschwitz. (Jaroslaw Praszkiewicz)

La Fondation Auschwitz Pledge a lancé mercredi un programme de subventions intitulé « Le défi à l’indifférence » (The Indifference Challenge), qui s’adresse aux projets s’attaquant au racisme, à l’antisémitisme et à la discrimination.

Ce lancement intervient à la veille du 77e anniversaire de la libération du camp de la mort d’Auschwitz-Birkenau construit par l’Allemagne nazie en Pologne occupée – une date devenue la Journée de commémoration de la Shoah.

« Ce qui a abouti à l’Holocauste a commencé par des formes de discrimination apparemment imperceptibles », a déclaré dans un communiqué Piotr Cywiński, directeur du musée d’Auschwitz-Birkenau et président de la Fondation Auschwitz Pledge.

« La dure vérité est que les spectateurs facilitent la discrimination et c’est exactement ce dont la haine a besoin pour se développer », a-t-il souligné.

Selon M. Cywinski, le problème « est présent ici et maintenant, et il ne fera qu’empirer si nous n’agissons pas ».

« Le système éducatif, l’environnement médiatique et la culture populaire n’enseignent pas les dangers de l’indifférence face à la discrimination occasionnelle. Nous voulons changer cela », a-t-il ajouté.

Le programme propose des subventions allant jusqu’à 30 000 euros à des projets de « lutte contre l’indifférence » face au racisme, à l’antisémitisme et à la misogynie, ainsi qu’à la discrimination à l’égard des migrants et des personnes LGBTQ.

Auschwitz-Birkenau est devenu le symbole du génocide perpétré par l’Allemagne nazie à l’encontre de six millions de Juifs européens, dont un million sont morts dans le camp entre 1940 et 1945, avec plus de 100 000 non-Juifs.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...