Une infirmière de Hadassah allaite le bébé d’une patiente gravement blessée
Rechercher

Une infirmière de Hadassah allaite le bébé d’une patiente gravement blessée

Le bébé de 4 mois n'a pas accepté le biberon et a hurlé pendant des heures ; l'infirmière Yael Cohen a proposé son aide : "En tant que mère, cela m'a brisé de la voir souffrir"

L'infirmière Yael Cohen avec la petite fille d'une femme de Jérusalem-Est gravement blessée dans un accident de voiture, le 10 mars 2021. (Autorisation : centre médical Hadassah)
L'infirmière Yael Cohen avec la petite fille d'une femme de Jérusalem-Est gravement blessée dans un accident de voiture, le 10 mars 2021. (Autorisation : centre médical Hadassah)

Une infirmière du centre médical Hadassah de Jérusalem a gagné la gratitude d’une famille de Jérusalem-Est après avoir allaité la petite fille d’une femme gravement blessée dans un accident de voiture samedi.

Cinq membres de la famille ont été blessés lors d’une collision entre leur voiture et un camion, dans la région d’Hébron.

Le bébé de quatre mois n’a pas accepté de biberon et a pleuré bruyamment pendant des heures. Le personnel envisageait de la nourrir par voie intraveineuse, mais l’infirmière Yael Cohen a proposé de la nourrir elle-même.

« Ce n’était pas du tout étrange pour moi de proposer cela, même si je n’ai jamais allaité le bébé de quelqu’un d’autre », a déclaré Cohen, mère de deux enfants, originaire de l’implantation de Nokdim.

« J’ai demandé à la tante qui s’occupait d’elle si c’était convenable que je l’allaite, je voulais savoir si elle était d’accord. Elle a réagi avec enthousiasme et m’a remercié avec joie », a raconté Cohen. « Elle se sentait impuissante, elle ne savait pas quoi faire. »

« En tant que mère, cela m’a brisé le cœur de voir [le bébé] souffrir. Elle avait faim, sa mère n’était pas à ses côtés et la seule chose qui aurait pu la calmer n’était pas disponible », dit-elle.

« Je me suis assise, je l’ai prise contre moi, je l’ai calmée et je l’ai nourrie. Et tout à coup ça a été, elle s’est calmée et a mangé avidement. »

Cohen a affirmé qu’elle avait été très touchée par la réponse chaleureuse de la famille à son égard.

« Je compatis tellement. J’ai deux filles qui refusaient le biberon et ne se nourrissaient qu’au sein, et il était évident pour moi que lorsque vous avez besoin d’allaiter, vous ne pensez à rien, juste au bébé qui pleure de faim. »

Un oncle du nourrisson a déclaré : « Ce n’est pas quelque chose que toutes les femmes auraient fait. Ce n’est pas facile de faire ça pour un bébé qui n’est pas le vôtre… Cela l’a sauvée après une longue période de faim et de refus de se nourrir de quoi que ce soit d’autre. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...