Rechercher

Une pommade chimique guérirait les blessures 2 fois plus vite – étude israélienne

Selon les chercheurs, cette pommade "bloque" la communication entre les bactéries au niveau de la blessure, et facilite donc la guérison ; elle pourrait remplacer les antibiotiques

Image d'illustration : Un chirurgien panse une blessure (Crédit : Katarzyna Bialasiewicz/iStock by Getty Images)
Image d'illustration : Un chirurgien panse une blessure (Crédit : Katarzyna Bialasiewicz/iStock by Getty Images)

Des chercheurs israéliens affirment avoir utilisé un produit chimique naturel pour que les plaies des porcs guérissent deux fois plus vite qu’elles ne le feraient autrement. Ils espèrent pouvoir développer cette substance pour un usage humain et affirment qu’elle pourrait également devenir « une future alternative aux antibiotiques ».

Le diindolylméthane (DIM) se trouve dans le brocoli et le chou-fleur, entre autres légumes. Une équipe de recherche de l’université Ben Gurion a étudié son impact sur les bactéries en laboratoire et a découvert qu’il nuit à leur capacité de fonctionnement.

Les scientifiques ont pris des porcs, chacun présentant plusieurs plaies, et ont traité leurs plaies soit avec des antibiotiques, soit avec une forme synthétique de DIM. Les plaies traitées aux antibiotiques ont mis en moyenne 10 jours pour se refermer complètement, tandis que les plaies traitées avec une pommade à base de DIM ont mis cinq jours.

Le professeur Ariel Kushmaro et ses collègues ont publié leurs résultats dans la revue à comité de lecture Pharmaceutics et travaillent actuellement à la mise au point d’une pommade pour les animaux. Ils cherchent également à savoir si cette substance présente des avantages pour la santé en tant que complément alimentaire pour les animaux.

« Nous avons constaté dans notre expérience que les plaies cicatrisaient plus vite lorsqu’elles étaient traitées avec du DIM », a déclaré Kushmaro au Times of Israel.

Ils ont également « constaté » pourquoi les plaies cicatrisaient plus vite.

« Les antibiotiques tuent la couche de bactéries qui se trouve sur la plaie. Une couche de nouveaux tissus se développe, mais vous avez aussi des tissus morts et des bactéries mortes. Avec le DIM, comme les bactéries ne sont pas réellement tuées, il n’y a pas de couche de tissu mort et pas de bactéries mortes, donc la cicatrisation est plus rapide. »

L’objectif à long terme de l’équipe est de tester le DIM sur des plaies humaines et de contribuer à lancer une nouvelle approche en médecine humaine. Kushmaro a déclaré que ses recherches sont passionnantes en raison du mécanisme qu’elles illustrent. « Cela change la donne et constitue un nouveau concept de traitement anti-microbien », a déclaré Kushmaro.

Il a ajouté que, bien que cette approche soit totalement différente des antibiotiques, elle pourrait devenir un élément essentiel de la lutte contre les bactéries à l’avenir, comme le sont déjà les antibiotiques.

Le brocoli, une source courante de Diindolylméthane (Crédit : KateSmirnova via iStock by Getty Images)

Le DIM interfère avec la communication entre les bactéries, un peu comme les brouilleurs de signaux qui interfèrent avec les communications radio ou les téléphones portables. Les bactéries « parlent » entre elles à l’aide de signaux chimiques, et en bloquant ou en brouillant cette communication, vous isolez chaque bactérie pour qu’elle se retrouve isolée », a déclaré Kushmaro.

« Cette communication incite les bactéries à exprimer des gènes virulents, et lorsqu’elles ne le font pas, elles deviennent moins virulentes et plus vulnérables aux antibiotiques et au système immunitaire. »

Image d’illustration : Un scientifique examinant des bactéries dans une boîte de Pétri. (Crédit : SilverV via iStock by Getty Images)

La possibilité d’inhiber les bactéries en nuisant à la communication suscite un intérêt croissant au niveau international, et Kushmaro a déclaré qu’il était optimiste quant à la contribution significative de ses recherches.

Kushmaro et ses collègues, dont le Dr Karina Golberg et le professeur Robert Marks, espèrent qu’un produit sera approuvé pour les animaux d’ici cinq ans. Le DIM est déjà utilisé dans certains traitements contre le cancer, mais il faudra du temps pour mettre au point et faire approuver une toute nouvelle utilisation, de sorte que Kushmaro pense qu’il faudra plus d’une décennie avant qu’un produit puisse être développé pour les humains.

À long terme, cependant, il est très optimiste quant à son potentiel.

« L’idée de brouiller d’une certaine manière la communication entre les bactéries est plus prometteuse que les antibiotiques », a déclaré Kushmaro. « Cela pourrait être une alternative future aux antibiotiques. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...