Une start-up israélienne vend des applications pour 32 M de $
Rechercher

Une start-up israélienne vend des applications pour 32 M de $

Un consortium chinois a acheté Blindspot de Shellanoo, malgré la controverse entourant l’application sur le harcèlement en ligne

Une photo prise le 20 Janvier 2016 montre un smartphone qui utilise l'application de messagerie israélienne anonyme Blindspot à Tel Aviv (Crédit : AFP / JACK GUEZ)
Une photo prise le 20 Janvier 2016 montre un smartphone qui utilise l'application de messagerie israélienne anonyme Blindspot à Tel Aviv (Crédit : AFP / JACK GUEZ)

Une start-up israélienne a vendu son application controversée de messagerie et son application pour écouter de la musique à un consortium chinois pour un montant total de 32 millions de dollars, selon les médias lundi.

L’application Blindspot sera achetée pour 28 millions de dollars et l’application pour écouter la radio chinoise M. C. a été achetée pour 4 millions de dollars, selon les informations de la Deuxième chaîne.

L’application Blindspot permet aux utilisateurs d’envoyer des messages, des photos et des vidéos à leurs contacts sans que la personne qui les reçoit puisse savoir qui est l’expéditeur. Lancée en décembre 2015, l’application a déjà été téléchargée plus de deux millions de fois, mais a été accusée d’être une plate-forme permettant l’intimidation de manière anonyme.

La firme israélienne derrière Blindspot, appelée Shellanoo Group, l’a qualifié « d’application de messagerie anonyme loufoque qui donne aux gens l’occasion de dire ce qu’ils pensent vraiment ».

L’équipe de Blindspot restera en Israël pendant l’année prochaine, a précisé le Huffington Post, et ensuite déplacera ses opérations en Asie.

L’application est un élément clé du groupe Shellanoo, qui est financé en partie par des investissements de célébrités mondiales, y compris des stars de la musique comme Will.I.Am et Nicki Minaj, ainsi que le milliardaire russe juif et le propriétaire du club de football de Chelsea, Roman Abramovich.

Le consortium chinois qui a acheté Blindspot inclut les entreprises d’investissement de Hong Kong, Wuhan Capital Ltd, Tianjin Games (Hong Kong) Ltd et un groupe d’investisseurs dirigé par William Ding, le fondateur du géant de l’Internet chinois Netease, a signalé le Huffington Post.

« Si nous pouvons reproduire la fureur qu’a eu Blindspot Israël dans un grand pays comme la Chine, cela se révélera être un investissement impressionnant pour nous », a déclaré un porte-parole de Wuhan Capital au Huffington Post.

Malgré son succès, l’application a été extrêmement controversée et a souvent été accusée de favoriser le harcèlement moral des adolescents.

L’application fonctionne comme les autres applications de messagerie tel que WhatsApp, qui permet aux utilisateurs de discuter, envoyer des photos et des vidéos. Mais dans le cas précis de Blindspot, l’identité de l’expéditeur reste anonyme.

Tandis que l’application connaissait de plus en plus de succès, les politiciens et les lobbyistes ont commencé à appeler à son interdiction car ils estimaient que l’application permettait de faciliter le harcèlement en ligne.

Le député de Koulanou, Meirav Ben-Ari, a écrit au PDG d’Apple Israël, Aharon Aharon, et au PDG de Google Israël, Meir Brand, peu de temps après le lancement de l’application.

« Je tiens à exprimer mon opposition à la commercialisation de cette application et mon inquiétude sur la façon dont les adolescents et les enfants vont l’utiliser », a écrit Ben-Ari.

« Il me semble que cette application offrira une toute nouvelle façon d’insulter les gens. Nous avons déjà tant de dénigrement, d’insulte, de harcèlement et d’humiliation sur le web, et cela avec des personnes étant en mesure de s’identifier les uns des autres. Pourquoi en rajouter ? ».

Peu après, une commission de la Knesset a été convoquée, qui a vivement critiqué l’application.

Le lancement de Blindspot en Israël a été accompagné d’une campagne massive de publicité, qui a été qualifiée de plus importante de l’histoire récente du pays par Moran Bar, le PDG du blog israélien Geektime.

Des panneaux publicitaires montrant un smiley souriant jaune avec un œil couvert par un pansement oculaire ornent les panneaux d’affichage de Tel Aviv et des routes principales.

En juillet, un autre consortium chinois a acheté Playtika, une société israélienne de jeux en ligne, pour 4,4 milliards de dollars en espèces.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...