Une statue représentant le capitaine Dreyfus érigée à Mulhouse
Rechercher

Une statue représentant le capitaine Dreyfus érigée à Mulhouse

« Le combat pour la vérité, et pour la primauté de l’individu sur l’institution, est un combat à poursuivre en permanence, » a déclaré le Grand rabbin de France

Alfred Dreyfus à Carpentras, 1899-1900 (Crédit : Collection de la famille Dreyfus)
Alfred Dreyfus à Carpentras, 1899-1900 (Crédit : Collection de la famille Dreyfus)

Le 9 octobre dernier, une statue représentant le capitaine Dreyfus a été inaugurée, dans sa ville natale à Mulhouse pour le 110e anniversaire de sa réhabilitation, rapporte La Croix.

L’affaire Dreyfus avait secoué la France de la fin du 19e siècle en la divisant pendant douze ans entre les dreyfusards et les anti-dreyfusards. Le capitaine Alfred Dreyfus avait, en 1894, été accusé de trahison pour avoir livré des documents secrets à l’Empire allemand. Cette affaire, sous fond d’antisémitisme, avait alors créé une crise politique. Le capitaine a ensuite été reconnu innocent de façon posthume.

Cette statue, réalisée par Sylvie Koechlin, a été édifiée grâce à l’association « Monument Dreyfus » qui se bat pour ce projet depuis une décennie.

Plusieurs personnalités politiques locales étaient présentes, aux côtés du Grand rabbin de France, Haïm Korsia, et du petit fils d’Alfred Dreyfus, Charles Dreyfus.

Le grand rabbin de France a tenu à rappeler, l’injustice qui avait été faite au judaïsme à travers l’affaire Dreyfus mais aussi « l’injustice faite à un homme fidèle à la France, qui l’avait choisie plutôt que l’Allemagne, et avait choisi de la servir dans l’armée », rapporte La Croix.

Selon Haïm Korsia, ce souvenir « douloureux » est également une leçon. « Pendant 12 ans, Dreyfus et quelques autres ont su garder confiance dans leur pays, » souligne le grand rabbin ajoutant que comme Dreyfus qui « n’a jamais abdiqué sa confiance en la France », il ne faut pas abdiquer non plus aujourd’hui.

« Le combat pour la vérité, et pour la primauté de l’individu sur l’institution, est un combat à poursuivre en permanence, » conclu Haïm Korsia.

Une statue érigée à la mémoire d'Alfred Dreyfus, le 21 octobre 2016 (Crédit : capture d'écran YouTube)
Une statue érigée à la mémoire d’Alfred Dreyfus, le 21 octobre 2016 (Crédit : capture d’écran YouTube)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...