Rechercher

US: un Marine néo-nazi, membre du groupe Rapekrieg, prévoyait d’attaquer des Juifs

Matthew Belanger, de New York, s'est procuré des armes et d'autres équipements et a discuté de l'attaque d'une synagogue et d'autres cibles avec d'autres suprémacistes blancs

Dans cette photo d'archive du 11 décembre 2019, un groupe d'Orthodoxes passe devant des agents de la Police de New York en faction devant une synagogue de Brooklyn, peu de temps avant les obsèques de Mosche Deutsch, étudiant de Brooklyn abattu lors d'une fusillade sur un marché de Jersey City. (AP Photo/Mark Lennihan)
Dans cette photo d'archive du 11 décembre 2019, un groupe d'Orthodoxes passe devant des agents de la Police de New York en faction devant une synagogue de Brooklyn, peu de temps avant les obsèques de Mosche Deutsch, étudiant de Brooklyn abattu lors d'une fusillade sur un marché de Jersey City. (AP Photo/Mark Lennihan)

JTA – Un ancien Marine américain qui appartenait à un groupe néonazi, dont l’une des conditions d’adhésion est d’être prêt à tuer des enfants juifs, a été arrêté suite à une enquête fédérale sur son projet de meurtre de masse, notamment contre des Juifs.

Matthew Belanger était un Marine actif alors qu’il conspirait en ligne avec les membres d’un groupe haineux appelé Rapekrieg, selon un document déposé le 14 juillet par les procureurs fédéraux qui plaident pour qu’il reste en prison en attendant son procès.

Avec d’autres personnes de sa ville natale de Long Island, dans l’État de New York, Belanger s’était « procuré des armes, des uniformes et du matériel tactique et avait envisagé de commettre des attentats contre une synagogue, des personnes juives, des femmes et des minorités », selon le document judiciaire, que le magazine Rolling Stone a été le premier à relayer mardi.

L’enquête et l’arrestation sont intervenues dans un contexte d’inquiétude croissante concernant les activités néonazies et suprématistes blanches au sein des forces armées américaines. Nombre des insurgés présents au Capitole le 6 janvier 2021 avaient des liens avec l’armée, et un dossier dans une affaire liée à l’insurrection a révélé qu’un Marine avait été démobilisé et envoyé en prison pour avoir comploté de faire exploser une synagogue.

Belanger a également été démobilisé en raison de son activité extrémiste, selon le dossier judiciaire, qui montre comment les conversations en ligne entre extrémistes peuvent se traduire par une activité dans le monde réel – une trajectoire empruntée par un certain nombre de tireurs de masse aux États-Unis, y compris l’homme qui a tué 11 Juifs dans leur synagogue à Pittsburgh en 2018.

Comme d’autres groupes suprématistes blancs, l’objectif de Rapekrieg, exposé dans un manifeste qui, selon les enquêteurs, a été en grande partie rédigé par Belanger, est de créer un « ethno-État » blanc débarrassé des groupes minoritaires qui, selon le groupe, « remplacent » les Américains blancs. En plus de tuer les personnes qui ne font pas avancer cet objectif, le groupe préconise le viol des femmes blanches pour accélérer la production d’enfants blancs.

Toute personne qui a des scrupules « à pouvoir appuyer sur la gâchette pour tuer un enfant juif » n’est pas préparée au travail du groupe, selon le manifeste.

Les activités en ligne de Belanger au cours de la période de quatre ans qui a débuté en 2016 ont démontré une radicalisation croissante et des mesures visant à mettre en pratique les croyances qu’il a exprimées, selon le document. Il montre également comment de petits groupes d’acteurs en ligne peuvent couper et coller le vocabulaire et les caractéristiques de divers groupes extrémistes pour enrichir leurs propres programmes et activités.

Illustration : Un tatouage néo-nazi lors d’un rassemblement à Newnan, en Géorgie, le 21 avril 2018. (Crédit : AP Photo/David Goldman)

À un moment donné, à l’aide d’un identifiant de réseau social comportant le nom d’Adolf Hitler, Belanger a discuté avec un autre membre du groupe de la meilleure stratégie à adopter pour attaquer les Juifs, selon le dossier judiciaire.

« Cette putain de synagogue va y passer », dit-il à un moment donné, avant d’être rabroué par l’autre membre du groupe qui lui dit : « Vous n’accomplissez rien lorsque vous tirez sur des Juifs au hasard, dans une synagogue, qui n’ont aucune importance ».

Le membre du groupe a plutôt présenté « deux individus populaires pour leur travail au sein de la communauté juive, ainsi que les adresses physiques correspondantes ». Le document déposé ne nomme pas les personnes visées.

Selon le dossier, les membres du groupe Rapekrieg, y compris Belanger, se sont entraînés avec des armes « airsoft » non mortelles dans les bois à l’extérieur d’une synagogue non identifiée de Long Island. Ils ont déclaré que leur cible lors de l’exercice d’entraînement était l’Occupation sioniste des gouvernements, ou ZOG, un terme largement utilisé par les suprématistes blancs.

Plusieurs membres du groupe Rapekrieg se sont procurés des objets qui, selon eux, seraient utiles pour mener à bien une attaque, et Belanger s’est personnellement procuré des armes, légalement et illégalement, selon le dossier judiciaire. Les charges pour lesquelles il est actuellement détenu concernent de fausses déclarations pour obtenir des armes ; Belanger a plaidé non coupable lundi, selon Rolling Stone. Le magazine a indiqué que Belanger et son avocat n’avaient pas répondu aux demandes de commentaires.

Dans le dossier judiciaire, les procureurs fédéraux affirment que Belanger, qui est détenu à Hawaï, où il était stationné en tant que Marine, présente un risque de fuite, notamment parce que son incarcération l’obligerait à vivre à proximité de personnes issues de milieux contre lesquels il a prôné la violence.

Il s’agit notamment des Noirs, qui, comme les Juifs, sont des cibles fréquentes pour les extrémistes. Le dossier montre que Belanger a cherché à instrumentaliser les Juifs pour fomenter la division raciale pendant la période de protestations qui a suivi le meurtre de George Floyd, un Noir, par un policier de Minneapolis en 2020. Aux autres membres du groupe, il a suggéré de « se déguiser en Juifs hassidiques » pour commettre un massacre contre les manifestants pour la justice raciale.

Il a également créé un compte sur les réseaux sociaux sous le nom d' »Israel Shillingstein » afin de « susciter la haine des Noirs envers la communauté juive en faisant des déclarations désobligeantes alors qu’il est déguisé en homme juif. » Les traces du compte que l’on peut voir en ligne montrent maintenant qu’au moins certains utilisateurs de Twitter l’ont reconnu comme un compte troll.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...