USA : Silence d’importants députés républicains à la veille de l’annexion
Rechercher

USA : Silence d’importants députés républicains à la veille de l’annexion

Alors que 116 députés républicains, dont le chef de la minorité Kevin McCarthy, sont pour, d'importants sénateurs comme Mitch McConnell, Lindsey Graham et Mitt Romney restent muets

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

Le sénateur Lindsay Graham, Républicain-Caroline du Sud, flanqué du sénateur Bill Cassidy, Républicain-Louisiane, (à gauche), et du leader de la majorité au Sénat, Mitch McConnell, Républicain-Kentucky, (à droite), s'adressant aux journalistes au Capitole à Washington, le mardi 26 septembre 2017. (AP Photo/J. Scott Applewhite)
Le sénateur Lindsay Graham, Républicain-Caroline du Sud, flanqué du sénateur Bill Cassidy, Républicain-Louisiane, (à gauche), et du leader de la majorité au Sénat, Mitch McConnell, Républicain-Kentucky, (à droite), s'adressant aux journalistes au Capitole à Washington, le mardi 26 septembre 2017. (AP Photo/J. Scott Applewhite)

WASHINGTON – Alors que le Premier ministre Benjamin Netanyahu cherche à faire avancer le projet d’annexion de certaines parties de la Cisjordanie, peut-être dès mercredi, plusieurs grands députés du GOP [Grand Old Party / Parti républicain] gardent le silence sur la mesure contre laquelle les démocrates se sont ralliés et que certains républicains ont adoptée.

Alors que le Parti démocrate s’est de plus en plus uni ces dernières semaines pour exprimer son opposition à cette initiative, les députés du GOP ont adopté une approche différente : Soit ils se sont prononcés en faveur de l’annexion, soit ils ont gardé le silence sur cette question.

La semaine dernière, une majorité de membres de la Chambre des Républicains a envoyé une lettre à Netanyahu pour lui dire qu’ils soutenaient sa proposition d’annexer le territoire de la Cisjordanie. « Israël a le droit de prendre des décisions souveraines indépendamment de toute pression extérieure », ont écrit les législateurs, offrant « un soutien pour vous lorsque vous prenez de telles décisions en votre qualité de Premier ministre démocratiquement élu d’Israël ».

La lettre a été signée par 116 des 198 républicains présents à la Chambre, dont le chef de la minorité, Kevin McCarthy.

Kevin McCarthy, leader de la minorité à la Chambre des représentants de Californie, s’exprime lors d’une conférence de presse au Capitole à Washington, le jeudi 25 juin 2020. (AP Photo/Carolyn Kaster)

Dans le même temps, un certain nombre de dirigeants républicains et de sénateurs très en vue du GOP n’ont pas encore pris position publiquement.

Les bureaux du chef de la majorité Mitch McConnell, du sénateur de Caroline du Sud Lindsey Graham, du sénateur de l’Utah Mitt Romney et du sénateur de l’Idaho James Risch, qui préside la commission sénatoriale des relations extérieures, ont tous refusé les demandes du Times of Israel de se prononcer sur les plans d’annexion de Netanyahu.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu préside la réunion hebdomadaire du cabinet à Jérusalem, le 28 juin 2020. (RONEN ZVULUN / POOL / AFP)

Cela contraste fortement avec les démocrates, dont la direction et la base se sont ralliés contre la volonté du Premier ministre d’étendre la souveraineté d’Israël aux implantations israéliennes et à toute la vallée du Jourdain, les quelque 30 % de la Cisjordanie alloués à Israël dans le cadre du plan de paix Trump, qui prévoit théoriquement un État palestinien dans le territoire restant avec des échanges de terres.

Le leader de la minorité au Sénat, Chuck Schumer, la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, et une pléthore d’autres démocrates éminents et puissants, tant à la Chambre qu’au Sénat, se sont prononcés contre ce plan, affirmant qu’il nuirait aux intérêts américains et israéliens et saperait les efforts pour un accord de paix prévoyant deux États.

Jeudi, 191 membres de la House Democratic Caucus ont envoyé à Netanyahu une lettre l’implorant de mettre fin à ses projets. La missive, orchestrée par le représentant de la Floride Ted Deutch et le représentant de l’Illinois Brad Schneider – deux des démocrates les plus pro-israéliens du Congrès – a fait valoir qu’elle nuirait aux perspectives de paix et aux liens d’Israël avec l’Amérique.

Le représentant Démocrate de l’Illinois Brad Schneider. (Autorisation/JTA)

« En tant que partenaires engagés dans le soutien et la protection des relations spéciales entre les États-Unis et Israël, nous exprimons notre profonde inquiétude quant à l’intention déclarée de poursuivre toute annexion unilatérale du territoire de la Cisjordanie », a-t-il déclaré. « Nous demandons instamment à votre gouvernement de reconsidérer ses plans en ce sens. »

Cela faisait suite à une lettre similaire adressée au Premier ministre israélien et au ministre de la Défense Gantz en mai par 19 sénateurs démocrates, ainsi qu’à des avertissements accrus de la part de dirigeants arabes selon lesquels l’annexion détruirait les espoirs d’Israël de normaliser ses relations avec ses voisins.

Le roi Abdallah II de Jordanie a déclaré que cela créerait un « conflit massif » au Moyen-Orient et a tenu une série de téléconférences avec les dirigeants du Congrès il y a deux semaines, les exhortant à bloquer cette initiative.

L’ancien négociateur de paix du Moyen-Orient, Aaron David Miller, qui a travaillé dans les administrations démocrate et républicaine, a fait valoir que certains députés du GOP pourraient être opposés par principe à des mesures d’annexion unilatérales, mais qu’ils préféreraient rester en dehors de la mêlée politique qui entoure cette question.

Romney, par exemple, s’est prononcé contre la diminution des chances d’un résultat à deux États. « Je ne sais pas quelle est l’alternative autre qu’une solution à deux États », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse avec son collègue du Sénat démocrate Chris Murphy après avoir visité Israël et les territoires palestiniens en mai 2019.

Le sénateur Mitt Romney, (à gauche), et Chris Murphy au Capitol discutent de leur récente tournée au Moyen-Orient, le 30 avril 2019. (Ron Kampeas/JTA)

Miller a estimé qu’“il pourrait y avoir une inquiétude et une crainte que toute déclaration – sans parler d’une déclaration de groupe de plusieurs républicains – ne provoque la colère de la Maison Blanche et du président personnellement”.

De plus, a-t-il ajouté, Israël est devenu un sujet plus partisan sur la colline du Capitole au cours des dernières années.

« Je dirais que les républicains ne veulent pas se battre avec la Maison Blanche 150 jours avant les élections et qu’ils veulent créer autant de divisions que possible entre les républicains et les démocrates sur la question d’Israël, en prétendant qu’ils sont le parti à suivre », a déclaré M. Miller au Times of Israel.

Matt Brooks, directeur exécutif de la Republican Jewish Coalition, s’adresse au groupe lors de sa conférence annuelle le 16 mars 2019 à Las Vegas, Nevada. (Autorisation)

Au-delà des couloirs du Congrès, les lignes de faille des démocrates et des républicains sur l’annexion ont également joué entre les groupes de pression libéraux et conservateurs.

La Republican Jewish Coalition, par exemple, a adopté le plan d’annexion de Netanyahu – et aurait cherché à consolider les signatures sur la lettre du GOP House envoyée au Premier ministre israélien la semaine dernière.

« Le RJC soutient les décisions du gouvernement démocratiquement élu d’Israël », a déclaré l’organisation dans un communiqué au Times of Israel. « Nous soutenons le Premier ministre Netanyahu et ses plans pour sécuriser au mieux Israël par l’application de la souveraineté sur les terres israéliennes ».

Pendant ce temps, le groupe libéral sioniste de gauche J Street a mené une campagne pour galvaniser l’opposition à ce mouvement à Washington.

Dylan Williams, premier vice-président des affaires gouvernementales de J Street, a fait valoir que la résistance des démocrates à l’annexion reflétait l’engagement du parti à l’égard de la perspective américaine conventionnelle selon laquelle toute forme d’action unilatérale de l’une ou l’autre partie ne fait pas avancer la paix.

« Il y a une unanimité essentielle parmi les députés démocrates contre l’annexion unilatérale », a-t-il déclaré au Times of Israel. « L’écrasante majorité s’est maintenant prononcée contre elle. Parmi les républicains, on observe soit le silence, soit l’encouragement à une démarche qui va directement à l’encontre des intérêts américains et de décennies de politique bipartisane ».

Il a ajouté : « Il ne pourrait pas être plus clair que Trump et les députés républicains ont abandonné le consensus de longue date sur la politique américaine envers Israël et les Palestiniens ».

Bien que le American Israel Public Affairs Committee (AIPAC) n’ait pas pris publiquement position sur l’annexion, il a déclaré aux membres du Congrès qu’il n’avait aucune objection à ce qu’ils critiquent les plans de Netanyahu, selon la Jewish Telegraphic Agency.

Le puissant lobby pro-israélien travaille habituellement avec assiduité pour décourager toute critique d’Israël, ce qui rend la nouvelle position d’autant plus marquante.

Malgré cela, aucun républicain ne s’est encore prononcé contre l’annexion.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...