Vilnius, un centre d’étude de la Torah ravagé par les nazis, aura sa yeshiva
Rechercher

Vilnius, un centre d’étude de la Torah ravagé par les nazis, aura sa yeshiva

Une dizaine d'étudiants venus de toute l'Europe devraient fréquenter l'établissement de la capitale lituanienne, qui a perdu 90 % de sa population juive pendant la Shoah

Un office du matin à la synagogue de Vilnius, le 4 novembre 2018. (Crédit : AP/Mindaugas Kulbis)
Un office du matin à la synagogue de Vilnius, le 4 novembre 2018. (Crédit : AP/Mindaugas Kulbis)

Un rabbin de Vilnius, la capitale lituanienne, va y ouvrir ce qu’il décrit être la première yeshiva depuis la Seconde Guerre mondiale.

La Vilna Yeshiva comptera une dizaine d’étudiants lorsqu’elle ouvrira cet automne, a fait savoir à la Jewish Telegraphic Agency, Rabbi Sholom Ber Krinsky, l’émissaire du mouvement Habad-Loubavitch à Vilnius.

Avant la Shoah, Vilnius abritait des dizaines de yeshivot et synagogues, il s’agissait en effet d’un centre majeur de la vie juive religieuse et culturelle en Europe. Les nazis et leurs collaborateurs locaux ont décimé 90 % des Juifs de Lituanie. Aujourd’hui, ils ne sont plus que 3 000 dans le pays, et Vilnius ne compte qu’une seule synagogue en activité, la synagogue Choral, où le rabbin Krinsky officie.

« La Vilna Yeshiva restaurera un semblant de cette époque intense d’étude de la Torah, comme c’était le cas à ses origines », s’est réjoui le rabbin.

L’intérieur de la synagogue chorale de Vilnius, en Lituanie. (Wikimedia Commons via JTA)

Les étudiants de la yeshiva profiteront de son enseignement et de celui d’autres pairs, a-t-il indiqué. Issus de familles orthodoxes juives venues de plusieurs pays, ils étudieront à temps plein dans l’établissement.

Ce sont des donateurs privés qui ont permis le financement de la yeshiva, a fait savoir le rabbin. Il n’a pas souhaité révéler son coût ni son budget.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...