Israël en guerre - Jour 228

Rechercher

Washington envisage de sanctionner les Israéliens qui attaquent les convois d’aide à Gaza

Les sanctions seraient imposées en vertu du décret signé par Biden, qui permet au département du Trésor d'épingler des Israéliens impliqués dans des activités violentes en Cisjordanie

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

Un convoi d'aide humanitaire à destination de la bande de Gaza attaqué par des manifestants dans la région de Hébron, le 13 mai 2024. (Capture d'écran vidéo ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Un convoi d'aide humanitaire à destination de la bande de Gaza attaqué par des manifestants dans la région de Hébron, le 13 mai 2024. (Capture d'écran vidéo ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

L’administration Biden envisage de sanctionner les Israéliens extrémistes impliqués dans la récente série d’attaques visant des convois d’aide humanitaire destinée aux civils de Gaza, ont déclaré jeudi deux responsables américains au Times of Israel.

Les sanctions seraient imposées en vertu du décret signé par le président américain Joe Biden en février, qui permet au département du Trésor d’épingler des Israéliens impliqués dans des activités violentes en Cisjordanie, selon les fonctionnaires.

Les attaques en Cisjordanie ont débuté le mois dernier, lorsqu’Israël a accepté d’élargir la voie d’acheminement de l’aide à partir de la Jordanie afin de garantir l’arrivée d’une plus grande quantité d’aide à Gaza.

Le groupe d’extrême droite Tzav 9 a organisé de nombreuses manifestations en Cisjordanie et en Israël même, dans le but d’empêcher les camions d’aide d’atteindre Gaza. Le groupe affirme que l’aide est interceptée par le Hamas – une accusation que les États-Unis nient. Ces derniers mois, Israël a également insisté sur la quantité d’aide qu’il autorise à entrer dans la bande de Gaza, indiquant ainsi qu’il ne croit pas non plus que l’aide soit destinée au Hamas.

Tzav 9 affirme également que l’aide devrait être utilisée comme levier pour obtenir la libération des otages israéliens à Gaza, mais les groupes de défense des droits humains estiment que cela constituerait une violation du droit international.

Les attaques contre les convois d’aide en Cisjordanie étant un phénomène relativement nouveau, il n’est pas certain que l’administration soit en mesure de constituer les dossiers juridiques nécessaires pour justifier des sanctions à l’encontre des personnes impliquées d’ici à ce que les États-Unis publient leur quatrième série de sanctions à l’encontre des résidents d’implantations dans les semaines à venir, a déclaré l’un des fonctionnaires américains.

Certains membres des forces de sécurité israéliennes informeraient les militants d’extrême droite de l’emplacement des camions d’aide une fois qu’ils sont en route pour Gaza, ce qui leur permet de les intercepter et d’en piller le contenu.

Au début de la guerre, alors que les attaques se produisaient régulièrement près des points de passage israéliens de Kerem Shalom et de Nitzana vers Gaza, le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, avait demandé à la police, qui relève de sa compétence, d’adopter une approche laxiste en matière de répression, a déclaré un fonctionnaire israélien.

Des militants de droite regardent des camions transportant de l’aide humanitaire endommagés après avoir été vandalisés par d’autres militants pour protester contre l’envoi d’aide à Gaza alors que des otages israéliens y sont détenus par des groupes terroristes, du côté israélien du point de passage de Tarqumiyah avec la Cisjordanie, le 13 mai 2024. (Crédit : Oren Ziv/AFP)

Si les États-Unis ont jusqu’à présent évité d’inclure Ben Gvir lui-même dans leurs sanctions, ils ont commencé à cibler des personnes de son entourage proche dans le dernier lot, en désignant Benzi Gopstein, le chef du groupe Lehava, qui lutte contre les mariages mixtes.

Le second fonctionnaire américain affirme que cette stratégie pourrait bien se poursuivre lors des prochains cycles de sanctions.

L’un des militants dans le collimateur de Washington est le chef de cabinet de Ben Gvir, Chanamel Dorfman, qui a de lourds antécédents en matière d’activités extrémistes, y compris en Cisjordanie.

Commentant les attaques des extrémistes contre les convois d’aide en début de semaine, le conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, Jake Sullivan, a déclaré que Washington « examine les outils dont nous disposons pour répondre à cette situation ».

« Nous faisons également part de nos préoccupations au plus haut niveau du gouvernement israélien et nous ne nous en cachons pas : il s’agit d’un comportement tout à fait inacceptable. »

Le département d’État n’a pas répondu à de multiples demandes de commentaires.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.