Washington recommande d’éviter les voyages dans le sud-est de la Turquie
Rechercher

Washington recommande d’éviter les voyages dans le sud-est de la Turquie

L'administration américaine a ordonné à des familles de militaires et diplomates de quitter le sud-est de la Turquie

Un incendie après une forte explosion à Ankara, en Turquie, le 17 février 2016 (Crédit : Capture d'écran : Twitter)
Un incendie après une forte explosion à Ankara, en Turquie, le 17 février 2016 (Crédit : Capture d'écran : Twitter)

L’administration américaine a ordonné à des familles de militaires et diplomates de quitter le sud-est de la Turquie et a recommandé d’éviter de voyager dans cette région en raison de la menace terroriste, a-t-elle annoncé mardi.

« Le département d’Etat avertit les citoyens américains de menaces terroristes accrues à travers la Turquie et [demande] d’éviter les voyages dans le sud-est de la Turquie », a indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

« Les touristes étrangers et américains ont été explicitement visés par des organisations terroristes internationales et locales », a-t-il rappelé.

Le département d’Etat a par ailleurs demandé aux familles de diplomates du consulat d’Adana, au sud-est du pays, et à celles de fonctionnaires américains en poste dans les provinces d’Izmir et de Mugla de quitter la région.

Les familles de militaires stationnés dans les régions d’Adana, Izmir et Mugla doivent également partir.

« Nous savons que c’est perturbant pour nos familles, mais nous devons les maintenir en sécurité », a indiqué dans un communiqué le général Philip Breedlove, commandant des forces américaines en Europe.

Selon l’armée américaine, l’ordre de départ concerne environ 670 personnes, sur un total de 770 proches de militaires américains déployés actuellement en Turquie.

« Il ne s’agit pas d’une décision permanente », a précisé le commandement des forces américaines en Europe (Eucom), qui a aussi indiqué qu’il n’y avait pas de menace spécifique d’attaque derrière cette décision.

Le commandement américain a précisé que « 287 animaux domestiques » étaient également concernés par ces déplacements familiaux.

John Kirby (Crédit : domaine public/Defense.gov News Photos archive)
John Kirby (Crédit : domaine public/Defense.gov News Photos archive)

A Washington, le porte-parole du département d’Etat John Kirby a assuré que cette décision n’avait « pas été prise à la légère » mais « indépendamment du sommet sur la sûreté nucléaire » qui s’ouvre à Washington en fin de semaine.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan est invité à ce sommet mais il ne devrait pas rencontrer en bilatéral son homologue américain Barack Obama, illustrant les divisions profondes entre les deux pays alliés.

« Il n’y a absolument aucun lien », a assuré Kirby, invoquant uniquement la « menace sécuritaire » et la « sécurité des Américains, qu’ils soient fonctionnaires ou non, dans le sud-est de la Turquie ».

La Turquie a été frappée récemment par plusieurs attentats terroristes.

Un attentat à la voiture piégée à Ankara revendiqué par un groupe kurde a fait 36 morts le 13 mars. Un attentat-suicide le 19 mars en plein cœur d’Istanbul, attribué aux jihadistes du groupe Etat islamique, a coûté la vie à 4 touristes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...