Israël en guerre - Jour 142

Rechercher

Washington signe un accord sécuritaire avec le Bahreïn

L'accord prévoit notamment du partage de renseignement, des échanges scientifiques et de la coopération économique entre les États-Unis et le Bahreïn

Le prince héritier de Bahreïn, Salman ben Hamad al-Khalifa, et le secrétaire d'État américain, Antony Blinken, signant un accord sur l'intégration de la sécurité et la prospérité au Département d'État américain, à Washington, le 13 septembre 2023. (Crédit : Brendan Smialowski/AFP)
Le prince héritier de Bahreïn, Salman ben Hamad al-Khalifa, et le secrétaire d'État américain, Antony Blinken, signant un accord sur l'intégration de la sécurité et la prospérité au Département d'État américain, à Washington, le 13 septembre 2023. (Crédit : Brendan Smialowski/AFP)

Les États-Unis ont signé mercredi un accord avec le Bahreïn pour renforcer les liens sécuritaires et économiques avec cette monarchie du Golfe pourtant visée par Washington il y a quelques années par un embargo sur les armes.

L’accord prévoit notamment du partage de renseignement, des échanges scientifiques et de la coopération économique entre les États-Unis et le Bahreïn, un pays qui accueille la Ve flotte américaine et dont les relations avec l’Iran sont tendues.

Ce texte doit permettre « de mieux travailler ensemble à la réponse aux menaces au moment où elles apparaissent », a déclaré le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken lors de la signature à Washington, aux côtés du prince héritier Salmane ben Hamad al-Khalifa.

Les deux pays doivent aussi travailler ensemble sur des « technologies de confiance », une référence au matériel, souvent chinois, que Washington voit comme un risque pour la sécurité.

Le Bahreïn, petit royaume dirigé par une famille régnante sunnite, avait été visé par un embargo sur les armes décidé par Barack Obama à la suite de la répression de manifestations de contestation animées par des partis chiites, dans la foulée des Printemps arabe en 2011.

L’Administration Trump avait ensuite repris langue avec Manama, notamment en raison de la normalisation de ses relations avec Israël à partir de 2020.

Des ONG accusent régulièrement le Bahreïn de « sérieuses violations » des droits humains et « d’actes de torture » contre des opposants emprisonnés.

Une question que Blinken a promis d’aborder.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.