Rechercher

Yémen : Une frappe de la coalition provoque une panne d’internet dans le pays

La coalition pro-gouvernementale qui combat les rebelles Houthis soutenus par l'Iran, a déclaré qu'elle visait une "plaque tournante de la piraterie et du crime organisé"

Un bateau de pêcheurs navigue devant le port d'Hodeida. En arrière-plan, des immeubles détruits par la coalition soutenue par l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, le 28 septembre 2018 (Crédit : AP/Hani Mohammed)
Un bateau de pêcheurs navigue devant le port d'Hodeida. En arrière-plan, des immeubles détruits par la coalition soutenue par l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, le 28 septembre 2018 (Crédit : AP/Hani Mohammed)

La coalition dirigée par l’Arabie saoudite a bombardé dans la nuit de jeudi à vendredi Hodeidah, ville de l’ouest du Yémen contrôlée par les rebelles Houthis, détruisant un centre de télécommunications et provoquant une panne d’internet dans tout le pays, a indiqué vendredi une ONG.

La coalition pro-gouvernementale qui combat les rebelles Houthis soutenus par l’Iran, a déclaré qu’elle visait une « plaque tournante de la piraterie et du crime organisé » dans cette ville portuaire vitale pour le pays en guerre.

L’organisation NetBlocks, spécialisée dans la surveillance de l’internet dans le monde, a fait état d’un « effondrement des connexions internet dans le pays » après les bombardements. Des correspondants de l’AFP à Hodeidah et à Sanaa ont confirmé la panne.

De son côté, l’agence de presse de l’État saoudien a déclaré que la coalition avait effectué des « frappes aériennes ciblées pour détruire les capacités d’action de la milice Houthi à Hodeidah ».

Les Houthis ont indiqué que des personnes avaient été tuées dans cette frappe, mais leur déclaration n’a pas pu être confirmée dans l’immédiat. Un correspondant de l’AFP à Hodeidah a décrit une attaque de grande envergure.

Celle-ci intervient après que les rebelles Houthis ont détourné un navire battant pavillon des Émirats arabes unis en mer Rouge, après quoi la coalition à averti qu’elle bombarderait les ports tenus par les rebelles.

Lundi, les rebelles ont revendiqué une attaque au drone et au missile qui a frappé des installations pétrolières et l’aéroport d’Abou Dhabi, capitale des Émirats arabes unis, tuant trois personnes et en blessant six. Les Émirats sont membres de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...