Yeshua au procès Netanyahu : Les proches du Premier ministre influençaient Walla
Rechercher

Yeshua au procès Netanyahu : Les proches du Premier ministre influençaient Walla

En témoignant, l'ex-PDG du site d'information a dit savoir que la couverture négative de Netanyahu nuirait à Bezeq, et que l'implication d'un accord de contrepartie était "claire"

Ilan Yeshua au tribunal de district de Jérusalem pour une audience dans l'affaire de corruption contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le 7 avril 2021. (Yonatan Sindel/FLASH90)
Ilan Yeshua au tribunal de district de Jérusalem pour une audience dans l'affaire de corruption contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le 7 avril 2021. (Yonatan Sindel/FLASH90)

La phase probatoire du procès pour corruption de Benjamin Netanyahu est entrée dans sa troisième journée mercredi, avec un témoin clé de l’accusation, Ilan Yeshua, l’ancien directeur du site d’information Walla, qui a poursuivi son témoignage décrivant un accord de contrepartie présumé qui a permis au Premier ministre de bénéficier d’une couverture médiatique positive en échange d’avantages réglementaires.

Au cours du troisième jour consécutif de son témoignage, M. Yeshua a déclaré qu’il était « normal » que les candidats aux postes de direction de Walla, y compris celui de rédacteur en chef, soient examinés et approuvés par le propriétaire du site, Shaul Elovitch, et les conseillers du Premier ministre, Ran Baratz et Nir Hefetz.

Par exemple, la nomination de la journaliste et présentatrice chevronnée Ayala Hasson a été contrecarrée par Elovitch, qui a déclaré : « Nous ne serons pas en mesure de la contrôler. Elle fait ce qu’elle veut. Vous ne pouvez pas lui dire de changer un titre ou de retirer un article. »

Lundi, M. Yeshua a raconté que ses patrons et des proches de M. Netanyahu lui avaient donné des instructions répétées pour que le site d’information, le deuxième plus important d’Israël, soit orienté vers une couverture positive du Premier ministre et critique de ses rivaux. Il a ajouté qu’il pensait que ces instructions faisaient partie d’un accord de compromis entre M. Netanyahu et les propriétaires du site.

Le lendemain, mardi, Yeshua a expliqué en détail comment on lui a demandé de participer à une opération de camouflage visant à dissimuler l’accord de contrepartie présumé. Le témoignage a été entendu malgré les efforts des avocats de Netanyahu pour en disqualifier certaines parties.

La transaction présumée est au cœur de la plus grave des trois affaires contre Netanyahu, l’affaire 4000, dans laquelle il est accusé de corruption, de fraude et d’abus de confiance. Netanyahu a plaidé non coupable de toutes les accusations.

M. Netanyahu aurait usé de ses pouvoirs lorsqu’il était à la fois Premier ministre et ministre de la Communication de 2014 à 2017 pour avantager illicitement le magnat des télécommunications Elovitch, actionnaire majoritaire de Bezeq, en échange d’une couverture positive du Premier ministre et de sa famille par le site d’information Walla, propriété d’Elovitch. Elovitch et sa femme Iris sont également accusés de corruption dans l’affaire 4000. D’autres responsables de Bezeq ont été inculpés dans des affaires connexes, mais distinctes, l’année dernière.

Une image composite du Premier ministre Benjamin Netanyahu (D) et de l’actionnaire majoritaire de Bezeq Shaul Elovitch. (Flash90 / Ohad Zwigenberg / POOL)

Mercredi, Yeshua a déclaré qu’on lui avait dit que Walla perdrait des milliards de shekels si sa couverture était hostile à Netanyahu.

Il a déclaré que l’ancienne PDG de Bezeq, Stella Hendler, l’avait régulièrement réprimandé pour des articles publiés par Walla qui, selon elle, étaient « dangereux et nuisaient à Bezeq ».

« Le contexte était clair », a ajouté Yeshua.

Il a déclaré qu’après les élections de 2015 à la Knesset, le fils d’Elovitch, Or, lui a envoyé un message de groupe WhatsApp : « Félicitations, tu as donné [à Netanyahu] les élections, maintenant Bibi va faire ce que Bezeq attend de lui ».

Il a ajouté qu’il ne se souvenait pas qu’on lui ait demandé d’améliorer la couverture d’une autre personnalité de droite. Au contraire, a-t-il dit, « ils voulaient généralement que [nous] les attaquions ».

Croquis du tribunal : Ilan Yeshua témoignant devant le tribunal de district de Jérusalem, le 5 avril 2021. (Biana Zakutnik)

Après le témoignage de Yeshua mardi, le tribunal a rejeté deux demandes des avocats de Netanyahu, Jack Chen et Boaz Ben Tzur, visant à disqualifier certaines parties de son récit. La défense avait cherché à discréditer les affirmations de son témoignage devant les procureurs avant le procès, ainsi que les conversations enregistrées extraites de son téléphone, tout en soulignant les divergences présumées entre les témoignages de Yeshua à la police et au tribunal.

Les juges ont toutefois estimé que les preuves avaient été obtenues de manière légitime et ont rejeté leurs demandes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...