Rechercher

Zelensky invoquera la Shoah dans son discours à la Knesset, dit une élue ukrainienne

Olga Vasilevskaya-Smaglyuk a demandé aux Israéliens de continuer à aider l'Ukraine, affirmant que "les Juifs se souviennent de ce qui s'est passé pendant la Shoah et doivent aider"

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans une allocution vidéo publiée sur Facebook, le 2 mars 2022. (Capture d'écran)
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans une allocution vidéo publiée sur Facebook, le 2 mars 2022. (Capture d'écran)

Une parlementaire ukrainienne a déclaré mercredi que dans son discours à la Knesset, le président Volodymyr Zelensky comptait évoquer sa judéité et comparer la lutte de son pays contre l’invasion russe à la Shoah.

« Je pense que Zelensky dira qu’il est juif lui aussi », a déclaré Olga Vasilevskaya-Smaglyuk, députée du peuple, dans une interview à la chaîne de radio publique Kan. « Il parlera de la Shoah et de la situation des Ukrainiens aujourd’hui, car c’est vraiment similaire – tuer des Ukrainiens uniquement parce qu’ils sont ukrainiens. Nous espérons qu’ils nous comprendront. »

Le dirigeant ukrainien s’adressera à la Knesset par  Zoom la semaine prochaine après qu’une demande initiale de s’adresser aux législateurs par liaison vidéo a été rejetée, officiellement parce que la Knesset était en congés et que des rénovations étaient en cours dans le bâtiment.

L’allocution devrait avoir lieu dimanche à 18 heures.

Dans le cadre des négociations en cours pour mettre fin au conflit, Mme Vasilevskaya-Smaglyuk a déclaré qu’elle espérait que M. Zelensky et le président russe Vladimir Poutine se rencontreraient face à face.

Elle a écarté la possibilité qu’une telle rencontre ait lieu en Biélorussie ou en Ukraine.

À la question de savoir si la perspective d’un sommet pour la paix à Jérusalem, suggérée par Israël, est toujours viable, Mme Vasilevskaya-Smaglyuk a répondu par l’affirmative.

Elle a également appelé Israël et les Israéliens à continuer à aider l’Ukraine, car « les Juifs se souviennent de ce qui s’est passé pendant la Shoah et ils doivent aider. »

Des pancartes de manifestants comparant le dirigeant russe Vladimir Poutine à Adolf Hitler, Londres. (Crédit : Lefteris Pitarakis /AP Photo)

Les deux parties au conflit se sont mutuellement accusées de nazisme, Poutine justifiant son invasion du 24 février en disant qu’il voulait « dénazifier » les zones de l’Ukraine où, selon lui, un « génocide » était commis contre les citoyens russophones. Les gouvernements occidentaux et l’Ukraine elle-même ont rejeté ces allégations, les qualifiant de justification sans fondement de l’invasion.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...