En dépit des discussions relatives à un éventuel cessez-le-feu imminent, des roquettes et des mortiers ont été tirés sur Israël depuis Gaza vendredi matin.

En outre, deux obus de mortier depuis Gaza ont explosé à proximité des bâtiments du conseil régional Eshkol. Aucun blessé ni dégât n’a été signalé.

Les forces israéliennes ont tiré en réponse sur des sites de lancement présumés.

Les sirènes ont retenti dans la ville de Sderot, à Sdot Néguev et dans la région d’Eshkol tôt vendredi matin suite à des tirs de roquettes à partir de Gaza.

Cinq roquettes ont été tirées sur Israël, l’une d’entre elles tombant en territoire palestinien. Le Dôme de Fer en a intercepté une autre. Aucun blessé ou dégât n’a été signalé alors que les projectiles ont frappé des zones ouvertes.

La nouvelle salve de vendredi intervient après que plus de 15 roquettes aient été tirées depuis la bande de Gaza jeudi soir, laissant un soldat légèrement blessé. Comme la frontière sud a continué à chauffer jeudi, avec des tirs de roquettes intermittents frappant le sud d’Israël, les résidents ont été invités à se nicher dans les abris dans les 15 secondes.

Jeudi, Israël aurait adressé un ultimatum de 48 heures au Hamas dans la bande de Gaza pour stopper les tirs ou faire face à une frappe massive israélienne. L’ultimatum aurait été transmis aux dirigeants du Hamas par l’intermédiaire de services de renseignements égyptiens.

Le Hamas a déclaré que dans le cas d’une escalade, Israël serait « surpris » par son arsenal de roquettes et par sa portée.

« Nous promettons qu’un seul geste stupide de vos dirigeants constituera un motif suffisant pour mettre toutes vos villes, même celles auxquelles vous ne vous attendez pas, dans les cibles et dans les cendres brûlantes », a déclaré Abou Ubaida, un porte-parole des brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas. Israël peut initier à l’escalade, « mais il ne sait pas comment cela va se poursuivre et comment cela va finir », a-t-il menacé.

Ubaida a déclaré que la nouvelle arrestation par Israël – lors de l’opération pour trouver les trois adolescents kidnappés puis tués – des prisonniers libérés lors de l’échange de 2011 lié au deal Shalit a « franchi une ligne et nous ne resterons pas silencieux à ce sujet ».

L’armée israélienne a renforcé ses forces terrestres autour de la bande de Gaza jeudi, alors que les tensions ont continué à augmenter le long de la région frontalière du Sud, ainsi qu’à Jérusalem-Est, où le récent assassinat d’un adolescent musulman, dans ce qui pourrait être une attaque de vengeance suite aux meurtres des adolescents israéliens, a déclenché des émeutes généralisées mercredi.

Mais cette évolution s’est déroulée en conjonction avec des messages de l’armée visant à revenir au calme. « Nous voulons désamorcer la situation et rétablir le calme », a déclaré le lieutenant-colonel Peter Lerner, qui a décrit ce déploiement dans un but purement défensif.

Le Hamas, qui a repris les tirs de roquettes apparemment pour la première fois depuis 2012, a échoué dans sa tentative d’enlèvement et d’échanger les adolescents israéliens pour des prisonniers palestiniens, a expliqué Lerner, et a donc été « poussé dans un coin ».

En Cisjordanie, a-t-il ajouté, la stratégie actuelle de l’armée comprend trois composantes principales : trouver les responsables de l’assassinat de Eyal Yifrach, Gil-ad Shaar, et Naftali Fraenkel ; trouver ceux qui ont tué Mohammed Abu Khdeir, le garçon de 16 ans qui a été enlevé de Beit Hanina mercredi ; et éviter la violence pour le premier vendredi du Ramadan.

Le chef d’état-major Benny Gantz a demandé aux troupes de « limiter les points de friction » avant les rassemblements de prière de masse de vendredi, a déclaré Lerner.

Le cabinet israélien, quant à lui, est resté muet sur d’éventuelles opérations anti-Hamas à la suite de l’assassinat des trois adolescents israéliens par des membres du Hamas basés à Hébron.

Qu’une opération de l’armée israélienne soit imminente, les renforts autour de Gaza sont un message au Hamas – outre la pression de la fermeture de sa frontière avec l’Egypte, un siège de plusieurs années sur sa frontière israélienne et un effondrement de l’économie dans la bande – que l’escalade pourrait signifier des dommages importants pour Gaza et ses dirigeants.

Les tirs de roquettes à partir de Gaza ont endommagé deux bâtiments de Sderot jeudi matin. Aucun blessé n’a été signalé. L’une des roquettes a frappé le côté d’un bâtiment qui contient une école maternelle, mais n’a pas explosé (les ogives ont été désamorcées). Le système « Dôme de Fer » israélien a abattu deux roquettes tirées depuis Gaza en direction de la ville méridionale de Netivot tôt jeudi matin.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article