Des progrès sont réalisés dans les pourparlers indirects entre Israël et le Hamas au Caire, « mais les différences sont encore grandes », a déclaré mardi, le chef de la délégation palestinienne, Azzam Al-Ahmad. « Il y a une possibilité que nous arrivions à un accord complet dans l’ensemble, mais nous avons encore un long chemin à parcourir. »

Al-Ahmad a déclaré au Times of Israel que les Palestiniens réclament toujours un port et un aéroport à Gaza.

« Ce ne sont pas de nouvelles exigences. Elles remontent à l’époque où l’Autorité palestinienne a été mise en place », a-t-il dit.

« Israël doit comprendre que la période de pouvoir du Hamas dans la bande de Gaza est terminée et qu’il doit agir en pleine coopération avec l’Autorité palestinienne et le gouvernement du [Premier ministre palestinien] Rami Hamdallah, qui sera l’autorité souveraine dans les territoires, y compris dans la bande de Gaza. »

Al-Ahmad, qui était au centre de la négociation de l’accord d’unité avec le Hamas au printemps dernier, n’a pas précisé comment l’AP réaffirmera sa domination dans la bande de Gaza, sept ans après que le Hamas l’en a violemment évincé. Il n’a pas précisé non plus si et comment le Hamas serait désarmé.

Un gouvernement de l’AP « d’unité », dirigé par Hamdallah et soutenu par le Fatah et le Hamas, a été créé au début du mois de juin ; Israël a promis de le boycotter, parce qu’il reposait sur ​​le soutien du Hamas.

Un autre haut responsable palestinien, également membre de la délégation, a déclaré que l’équipe palestinienne peut rester au Caire jusqu’à ce qu’un accord soit atteint. « On ne sait pas ce qui va arriver dans les heures restantes » de la trêve des 72 heures, qui doit expirer à minuit ce mercredi », a-t-il affirmé.

« Il est envisagé d’étendre la trêve de 72 heures supplémentaires. Les discussions sont extrêmement graves, et il est clair que toutes les parties – l’Autorité palestinienne, Israël et l’Egypte – essaient de faire des progrès ».

Pourtant, ce responsable, qui a insisté pour garder l’anonymat, a déclaré qu’il n’était pas tout à fait clair que le Hamas avait pris la ferme décision de mettre un terme au conflit.

« Je ne suis pas encore sûr qu’il y ait une décision du Hamas de mettre fin à cette guerre », a-t-il souligné.

« Il y a un désaccord majeur entre la direction du Hamas au Qatar, dirigée par Khaled Meshaal, et le chef de file dans la bande de Gaza. Doha pousse tout le temps Meshaal à ne pas accepter la formule égyptienne ».

Le responsable a déclaré qu’il a été question dans les négociations de l’assouplissement du blocus de Gaza, mais pas d’une levée du blocus. « Votre côté », a-t-il dit, se référant à Israël, « est axé sur la sécurité tandis que nous parlons de la reconstruction de la bande de Gaza et de la levée du blocus. » Israël craint que tout assouplissement de l’accès à Gaza sera exploité par le Hamas au réarmement.

« Il y a un débat intense et grave sur l’entrée de marchandises plus nombreuses à Gaza via le passage de Kerem Shalom. »

« La partie israélienne a également proposé une zone de six miles nautiques de pêche au large de la côte de Gaza et rien au-delà pour l’instant. Non pas neuf miles ni douze, » comme les Palestiniens l’ont exigé.

« Il y a aussi eu discussion sur l’entrée des matériaux de construction tels que le fer et le béton » – qu’Israël craint qu’ils soient détournés par le Hamas pour construire de nouveaux bunkers et des tunnels. « Il a également été question du périmètre – la bande étroite autour de la bande de Gaza, » – en vertu duquel le Hamas a construit un réseau de tunnels d’attaque s’étendant à l’intérieur d’Israël.

En ce qui concerne les demandes palestiniennes pour un port et l’aéroport, a indiqué le responsable, « Israël souligne que ce sera possible qu’après que Gaza soit démilitarisée, et donc pas à ce stade. »

En ce qui concerne la réouverture de la frontière de Rafah vers l’Égypte, là aussi, il n’est pas question d’un passage immédiat. « Toutes les factions palestiniennes soutiennent le déploiement des forces de l’AP à Rafah, mais il est clair que ce déploiement aura lieu à une date ultérieure », a-t-il dit.

Le responsable a déclaré qu’Israël avait offert de transférer 18 corps d’hommes du Hamas et de libérer 25 membres du Hamas arrêtés dans le cadre de l’opération Bordure protectrice à Gaza en échange des corps des soldats Shaul Oron et Hadar Goldin. Mais le Hamas refuse d’en discuter à ce stade, a-t-il dit.

Oron Shaul - soldat qu était présumé manquant  a été déclaré mort par l'armée (Crédit : IDF)

Oron Shaul – soldat présumé manquant et déclaré mort par l’armée (Crédit : IDF)

« Il n’y a pas beaucoup d’optimisme à l’heure actuelle », a déclaré le fonctionnaire.

« Mais il y a de nombreux efforts et une volonté de parvenir à un cessez-le-feu à long terme. Nous essayons de travailler sur ce qui se passera si nous n’avons pas atteint un accord permanent mercredi soir, et sur la façon de prévenir une nouvelle détérioration ».