L’immigration juive en Israël a atteint un sommet avec l’année 2014. Ce sont plus de 26 500 personnes qui ont fait l’alyah au cours de cette année, a fait savoir mercredi l’Agence juive.

Selon les statistiques publiées par l’Agence juive et par le ministère de l’Intégration, Israël a connu une hausse de l’immigration de 32 % par rapport à 2013. L’année 2014 s’avère la meilleure année, selon ces chiffres, depuis 2002, une année au cours de laquelle 33 539 personnes avaient fait leur alyah.

Pour la première fois depuis la fondation de l’Etat, la France est passée cette année en tête de liste des pays dont les ressortissants deviennent Israéliens, avec environ 7 000 personnes [plus du quart du total des olim]. Jamais les Juifs français n’ont été aussi nombreux à s’installer en Israël depuis la fondation de l’Etat. Le chiffre est deux fois plus important qu’en 2013.

« Nous prévoyons quelques 10 000 nouveaux immigrants venus de France pour la seule année prochaine, et nous dépasserons les 30 000 immigrants de partout dans le monde – et sans doute plus encore », a déclaré dans un communiqué Sofa Landver, la ministre de l’Alyah et de l’Intégration.

L’immigration en provenance d’Ukraine, elle, a presque triplé de 2013 à 2014, passant de 2 020 à 5 840 en 2014 alors que la guerre civile a saisi ce pays.

« L’Agence juive et le ministère de l’Alyah et de l’Intégration font face au défi posé par la situation sur le terrain par l’expansion des opérations en Ukraine en offrant une assistance financière spéciale à ces immigrants », a déclaré l’Agence Juive dans un communiqué.

Selon le Bureau central des données statistiques, les taux d’émigration – les Israéliens qui quittent le pays -sont également en baisse.

Les chiffres publiés ces derniers mois suggèrent que les Israéliens sont beaucoup moins enclins à quitter définitivement le pays qu’ils ne l’étaient il y a dix ou vingt ans.

2012 est l’année la plus récente pour laquelle les chiffres sur l’émigration de long terme sont disponibles. Et cette année-là montre les plus bas taux d’émigration depuis la fondation de l’Etat (1948).

Le nombre d’immigrants juifs en Israël a atteint en 2014 un chiffre record depuis dix ans, avec l’arrivée de 26.500 personnes, selon un communiqué du ministère israélien de l’Immigration publié mercredi.

« Nous enregistrons en 2014 un chiffre record de 26.500 immigrants venus du monde entier, en augmentation de 32% par rapport à 2013 », affirme ce texte conjoint du ministère et de l’Agence juive, une structure para-gouvernementale chargée de l’immigration vers Israël.

« La France est, pour la première fois de son histoire, le pays avec le plus grand nombre d’immigrants vers Israël », poursuit-il en dénombrant plus de 6.600 juifs ayant quitté la France pour s’installer en Israël en 2014 contre 3.400 en 2013.

La ministre de l’Immigration et de l’Intégration, Sofa Landver, a déclaré attendre « en 2015 au moins 10.000 immigrants de France et plus de 30.000 du monde entier ».

Par ailleurs, le ministère se félicite d’une hausse de 190 % du chiffre d’immigrants venus d’Ukraine en 2014, qui atteint 5.840 personnes. En outre, 4.830 immigrants sont arrivés de Russie et des pays baltes, 3.470 des Etats-Unis et 620 de Grande-Bretagne.

Plus de la moitié des nouveaux immigrants ont moins de 34 ans, et 5.300 d’entre eux moins de 17 ans. La personne la plus âgée à avoir immigré en Israël en 2014 est un français né en 1910.

Tel-Aviv est la ville qui a accueilli le plus d’immigrants, suivie de celle de Netanya, sur la côte, où résident de nombreux juifs français. Jérusalem arrive en troisième place, selon le ministère.

Depuis la création de l’Etat d’Israël en 1948, plus de trois millions de personnes y ont immigré, dont près d’un million sont arrivées d’ex-URSS depuis 1990, et plus de 90.000 de France.

La « Loi du retour » accorde automatiquement la nationalité aux juifs qui viennent s’installer en Israël. Des non-juifs peuvent en bénéficier si leur conjoint ou un de leurs parents est d’origine juive.

AFP a contribué à cet article.