Le lauréat du prix Nobel de Chimie 2011 Dan Shechtman, qui avait indiqué en janvier qu’il lorgnait la présidence, est finalement bien rentré dans la course à la présidentielle israélienne.

Il a remporté de façon inattendue le soutien de dix députés – le minimum nécessaire – avec un dixième soutien qui ne lui était pas favorable au départ.

Un candidat à la présidence doit absolument obtenir 10 signatures de députés. Alors que Shechtman en a seulement obtenu sept, il a trois promesses de soutien qui n’ont pas encore officiellement signé.

Le dixième député, qui a annoncé son soutien dimanche matin, se révèle une surprise.

En effet, Moshe Feiglin, de l’aile droite du Likud, avait fait savoir qu’il ne voterait pas pour le scientifique de renommée mondiale. Mais cette semaine, il a annoncé qu’il avait changé d’avis, affirmant qu’il était « inconcevable » que Shechtman ne soit pas en mesure de concourir.

Dimanche matin, Feiglin a envoyé une déclaration expliquant son changement de position.

« Je n’avais pas l’intention de voter pour le Pr Shechtman », a-t-il affirmé. « Mais quand j’ai entendu qu’il n’était pas en mesure d’obtenir plus de
9 signatures, je l’ai appelé et lui ai dit que je signerais pour lui, même si je ne voterais pas pour lui. Parce qu’il est inconcevable que le lauréat du prix Nobel ne soit pas en mesure de briguer la présidence en Israël ».

Un sondage réalisé par la Deuxième chaîne la semaine dernière a montré que Shechtman était l’un des principaux prétendants pour le poste avec le député Likud Reuven Rivlin. 29 % de la population choisirait Rivlin tandis que 19 % lui préféreraient Shechtman, 9 points de plus que Binyamin Ben-Eliezer, le vétéran du Parti travailliste, qui n’obtiendrait que 10 %.

« Je pense que je peux changer les choses pour le mieux dans ce pays », a-t-il affirmé. « Je le fais en ce moment aussi, dans de nombreux domaines, surtout dans l’éducation, l’enseignement supérieur et dans l’entrepreneuriat technologique. Mais je pense que je pourrais faire beaucoup en étant président ».

Shechtman, connu pour son travail dans la chimie des matériaux, a déclaré vouloir devenir président pour lui permettre de réaliser sa vision d’améliorer l’avenir du pays.

« Je veux tenter de faire du bien pour les citoyens de ce pays. Et il y a beaucoup à faire », a-t-il affirmé. « Si vous êtes président, et surtout si vous êtes apprécié par le public, les gens vous écoutent ».

Shechtman a ajouté que s’il était choisi pour le poste, il resterait sans affiliation politique, en se concentrant principalement sur ​​les questions intérieures et moins sur la politique.

« Un président doit chercher ce qui lie les gens ensemble plutôt que ce qui sépare. Dès que vous êtes identifié avec un côté de l’échiquier politique, vous n’êtes plus le président de tout le monde », a-t-il poursuivi.

Le lauréat du prix Nobel a également félicité le président sortant Shimon Peres pour son travail.

«Je lui suis très reconnaissant », a déclaré Shechtman. « Il a acquis une grande réputation dans le monde, et je pense que c’est un homme intelligent ».

Le successeur de Peres – dixième président de l’Etat d’Israël – sera choisi par la Knesset le 10 juin. Le mandat de sept ans de Shimon Peres expire 27 juillet.

Le président est choisi par les 120 membres de la Knesset, qui ont tendance à élire l’un des leurs pour ce poste symbolique.

Parmi les candidats figurent l’ancien président de la Knesset, le député Likud Reuven Rivlin, l’ancien ministre de la Défense travailliste Binyamin Ben-Eliezer, l’ancien ministre des Finances Meir Shitrit (Hatnua), l’ancienne juge de la Cour suprême Dalia Dorner, l’ancienne présidente de la Knesset Dalia Itzik, ainsi que l’entrepreneur en énergie solaire américano-israélien Yossef Abramowitz.

Shechtman est le dixième citoyen israélien à recevoir un prix Nobel. Sa découverte des quasi-cristaux en 1982 a « fondamentalement modifié la façon dont les chimistes conçoivent la matière solide », selon l’Académie des sciences de Suède, qui lui a décerné le fameux prix pour sa découverte en 2011.

Haviv Rettig Gur a contribué à cet article.