KAUNAS, Lituanie — Environ 500 ultranationalistes, portant des croix gammées, ont défilé dans une ville lituanienne qui a vu le plus terrible massacre de juifs dans la région lors de l’Holocauste.

La manifestation de lundi 16 février à Kaunas, la deuxième ville la plus importante de Lituanie à environ 100 km de la capitale Vilnius, était le huitième événement annuel organisé par l’Union de la jeunesse nationaliste de Lituanie, un des deux jours d’indépendance de l’Etat balte.

Alors que les manifestants se sont rassemblés dans un parc local, ils ont fait face à 20 manifestants de la communauté juive locale et 0 des groupes antifascistes qui se sont opposés aux manifestants dans une contre manifestation silencieuse.

« Cette manifestation est particulièrement offensante parce qu’elle a lieu à l’endroit où les habitants locaux et les Nazis ont assassiné plus de 10 000 juifs en un jour », explique Dovid Katz, un professeur de Yiddish d’origine américaine installé à Vilnius il y a 16 ans.

Katz, rédacteur de chef du site internet DefendingHistory.com, faisait référence au massacre d’Octobre 1941, lors duquel plus de juifs ont été tués en un jour que dans n’importe quel autre massacre contre les juifs dans la région de la Baltique.

Lors du match, des locaux ont chanté « à bas Katz » et ont fait des gestes obscènes contre lui et Efraim Zuroff, un chasseur de Nazisqui dirige le Centre Simon Wiesenthal en Israël.

Trois activistes du mouvement nationaliste ont posé pour prendre des photos à côté de Zuroff tout en tenant des affiches qui accusaient Israël d’être un état raciste et ont montré une photo de réfugiés africains lors de la manifestation.

Tomas Skorupsis, un organisateur de la marche du mouvement de la jeunesse, a déclaré que l’événement n’était pas antisémite.

Reprenant un point de vue populaire dans les milieux d’extrême droite des pays baltes, il a ajouté : « Il y a beaucoup de Lituaniens qui ont du mal à pardonner aux Juifs qui, pendant la période communiste, ont tué les combattants nationalistes de la liberté. Mais je pense que nous devrions laisser cela dans le passé et regarder vers l’avenir. »

Beaucoup dans les pays baltes – où les communautés juives fortes de centaines de milliers de personnes ont été exterminées par les nazis et leurs collaborateurs locaux – considèrent les fascistes locaux comme des héros parce qu’ils ont combattu l’occupation communiste, qui est souvent assimilée à celle des nazis.

Pour Zuroff, « cette comparaison n’est pas seulement fausse, elle sert aussi à blanchir la tache dans les histoires de ces pays au lieu de regarder les choses en face, comme l’ont fait les autres pays européens ».