Des fidèles juifs ont été agressés en Ukraine avec du gaz lacrymogène, et la tombe du rabbin hassidique Nachman de Breslev a été couverte de faux sang et d’une tête de cochon mercredi soir, sur le lieu de pèlerinage populaire visité par des dizaines de milliers de juifs chaque année.

L’incident a eu lieu vers 2h00 du matin à Ouman, dans le centre du pays, et a été rapidement critiqué par des responsables israéliens, des députés appelant les autorités ukrainiennes à renforcer la sécurité et à présenter rapidement à la justice les auteurs de cette attaque.

Deux citoyens israéliens ont été transportés à l’hôpital pour être soignés après l’agression, selon le rabbin Yisrael Elhadad, le responsable de la synagogue du site de la tombe.

Elhadad a décrit les agresseurs comme des néo-nazis.

« Deux d’entre eux sont venus avec des bombes de peinture, et ont aspergé les fidèles de gaz lacrymogènes », a-t-il déclaré au site d’informations Ynet.

Les photographies de la scène montrent de la peinture imitant du sang sur les sols et les murs, et une tête de cochon à proximité.

La police a ouvert une enquête, mais aucune arrestation n’a encore été annoncée. Depuis la chute du communisme, Ouman a vu l’arrivée de milliers de pèlerins qui viennent visiter la tombe du rabbin Nachman, le fondateur du courant hassidique Breslev mort en 1810, au moment du Nouvel An juif.

De plus petits pèlerinages ont lieu toute l’année, et la ville a récemment connu une augmentation de son nombre d’habitants juifs.

Les pèlerinages ont entraîné des frictions entre les nouveaux arrivants, majoritairement israéliens, et les habitants, dont beaucoup n’apprécient pas l’éloignement imposé par la police pour les fidèles.

Des fidèles sur la tombe de Rabbi Nahman à Ouman, en Ukraine. Illustration. (Crédit : Nahoumsabban/CC BY-SA/Wikimedia Commons)

Des fidèles sur la tombe de Rabbi Nahman à Ouman, en Ukraine. Illustration. (Crédit : Nahoumsabban/CC BY-SA/Wikimedia Commons)

Elhadad a déclaré que la plupart des fidèles étaient dans une plus petite synagogue qui était chauffée, et seules cinq ou six personnes étaient dans la synagogue principale qui a été attaquée.

Aryeh Deri, le ministre israélien de l’Intérieur qui dirige le parti ultra-orthodoxe Shas, a déclaré qu’il contacterait le président ukrainien Petro Porochenko pour « agir rapidement contre les hooligans et augmenter la sécurité. »

« J’ai été choqué au plus profond de moi-même d’apprendre la profanation terrible et barbare qui a été commise la nuit dernière sur le lieu saint du rabbin Nachman de Breslev », a-t-il déclaré selon la Deuxième chaîne.

Le site est gardé, mais Elhadad a déclaré qu’il avait d’abord été cru que les attaquants étaient des fidèles.

Dans une lettre adressée à l’ambassadeur ukrainien Hennadii Nadolenko, Yair Lapid, député et président de Yesh Atid, a déclaré que l’incident était « une attaque antisémite écœurante et violente ».

« L’évènement de la nuit dernière a évoqué les jours les plus sombres de l’histoire du peuple juif en Europe. Aujourd’hui, nous attendons que votre gouvernement condamne immédiatement cet acte et utilise tous le pouvoir à sa disposition pour retrouver les auteurs et les présenter rapidement à la justice », a-t-il écrit.

Le grand rabbin d’Ukraine a déclaré à la radio militaire israélienne que le vandalisme d’une tombe ou les attaques contre des pèlerins étaient inhabituels.

En septembre 2015, des nationalistes ukrainiens avaient détruit un village de toile érigé par des juifs hassidiques à Ouman pour loger les visiteurs du pèlerinage annuel de Rosh HaShana.

Un témoin avait déclaré à l’époque que les nationalistes avaient attaqué les tentes pendant Shabbat, le jour de repos hebdomadaire juif, quand ils savaient que les pèlerins ne pourraient pas alerter la police. Les dommages avaient été estimés à un demi-million de dollars.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.