L’armée a décidé d’autoriser les soldats qui suivent un traitement avec de la marijuana thérapeutique à continuer à prendre leur traitement pendant leur service actif, est-il révélé lundi.

La Deuxième chaîne indique que l’armée n’a pas encore publié de précisions sur cette mesure, qui n’affectera que quelques centaines de soldats, laissant ainsi sans réponse les interrogations sur la possibilité de fumer en uniforme ou en présence d’autres soldats, si un endroit de la base militaire sera prévu à cet effet ou si l’utilisation de la marijuana sera autorisée pendant les opérations.

« Le cannabis employé à des fins médicales est utilisé pour traiter différentes maladies dans le système de santé civil », souligne l’armée. De plus, les aptitudes physiques d’un citoyen soumis au devoir de réserviste sont déterminées par son « état de santé et non par sa consommation de cannabis ».

L’armée est en train d’étudier de manière approfondie l’utilisation de la marijuana parmi les soldats, indique Tsahal. Le reportage souligne que l’utilisation de la marijuana par les soldats non-réservistes, c’est-à-dire ceux qui font leur service actif et les militaires de carrière, n’a pas été approuvée, même si, selon l’armée, la question est étudiée.

La question de l’utilisation de la marijuana par les réservistes a été soulevée lors d’une récente discussion sur le forum « Cannibus », un site israélien sur le cannabis, qui a entraîné une enquête officielle de l’armée.

On considère, généralement, Israël comme étant l’un des pays encourageant une vision progressiste sur l’emploi de la marijuana à des fins médicales. Il développe des programmes de recherches très avancés et la majorité sont menés par des institutions israéliennes. Une étude de l’université de Haïfa, dont les conclusions ont été publiées au début de ce mois, révèle que le cannabis pourrait aider à contrôler les symptômes du syndrome de stress post-traumatique.

Environ 20 000 patients ont une ordonnance pour recevoir du cannabis. Elles sont délivrées pour soigner des cas graves où il a été prouvé que la marijuana avait un effet bénéfique.

Ces dernières années, la popularité des programmes de recherche sur la marijuana thérapeutique n’a cessé de croître. Le ministère de la Santé a annoncé au début de l’année 2014 le lancement d’une étude sur deux ans pour examiner ses effets et ses bénéfices. Il a indiqué en mars que quelque 50 nouvelles ordonnances étaient délivrées chaque semaine.