Un avion de transport capable de voler plus loin et plus vite que son prédécesseur vient élargir le théâtre d’opération de l’armée de l’air israélienne.

Le nouveau joyau a été dévoilé mercredi dans la base militaire du Néguev.

Le C-130J, plus connu sous le nom de Super Hercules aux États-Unis et de Samson en Israël, a la capacité de se faire ravitailler en l’air, de voler 30 % plus loin que le Rhino, qui a conduit les troupes israéliennes à Entebbe, et peut transporter 25 % de poids supplémentaires.

Il pourra  transporter véhicules, parachutistes, forces terrestres et soldats blessés.

« L’arrivée du Samson aujourd’hui, après de longues années d’efforts conjoints israélo-américaine, ouvre un horizon plus large aux capacités opérationnelles de l’armée de l’air et lève la barre plus haut quant aux missions envisageables », a déclaré le ministre de la Défense Moshe Yaalon lors de la cérémonie.

Et d’ajouter que les modifications technologiques apportées au modèle d’origine « nous permettent d’élargir les capacités stratégiques de l’État d’Israël et d’opérer précisément et efficacement dans n’importe quel théâtre, dans toutes sortes de guerres, dans le voisinage immédiat et plus lointain ».

Yaalon, qui a multiplié les accrocs avec l’administration américaine ces derniers mois, a tenu à saluer « les liens étroits et profonds » unissant Israël aux Etats-Unis.

Après avoir décrit les relations entre les deux pays comme « la pierre angulaire de la sécurité nationale d’Israël », il a remercié « en mon nom et au nom des citoyens d’Israël » l’ambassadeur des États-Unis, l’administration et les responsable de la Défense pour « le formidable soutien que l’Etat d’Israël reçoit de vous ».

Israël fait usage depuis 1971 de différentes versions du C-130, fabriquées par Lockheed Martin aux Etats-Unis.

C’est à bord de l’un de ces modèles que les troupes israéliennes ont débarqué à Entebbe en 1976 pour libérer les otages sur place mais également au Rwanda par exemple, il y a 20 ans.

Selon le chef d’état-major, Benny Gantz, également présent à la cérémonie, le C-130J, qui peut voler près du sol et atterrir et décoller sur des pistes primitives, est d’une « importance décisive ».

L’avion  permettra à Israël d’exécuter des « missions plus complexes, de s’introduire plus en profondeur [dans le territoire ennemi], plus rapidement et plus clandestinement ».

Selon le commandant Amir Eshel, « la diversité des capacités de l’avion dépasse les frontières de l’imaginaire ».