Le Hamas a signé la proposition du président Mahmoud Abbas ouvrant la voie à une demande d’adhésion des Palestiniens à la Cour pénale internationale, devant laquelle ils pourraient poursuivre Israël, a annoncé le numéro deux du mouvement islamiste.

Le Hamas « a signé le document pour lequel le président avait réclamé la signature de tous les mouvements palestiniens avant d’aller signer le Statut de Rome qui ouvrira la possibilité de l’adhésion de la Palestine à la Cour pénale internationale », a écrit Moussa Abu Marzuk, numéro deux du bureau politique du Hamas, sur sa page Facebook.

Le Statut de Rome est le traité fondateur de la CPI, qui siège à La Haye.

L’annonce palestinienne intervient au lendemain de deux jours d’entretiens au Qatar entre M. Abbas et le chef du Hamas en exil Khaled Meshaal.

Le négociateur Saëb Erakat a toutefois précisé à l’AFP que le Jihad islamique, la deuxième force à Gaza, « est désormais la seule force palestinienne à ne pas avoir signé » ce document. « Ils étudient la possibilité de signer », a-t-il ajouté.

Selon Erekat, « le document appelle le président Abbas à signer le Statut de Rome pour rejoindre la Cour pénale internationale (CPI) et indique que tous les signataires assumeront la responsabilité de cette adhésion ».

Depuis le début le 8 juillet d’une nouvelle guerre dans la bande de Gaza, Israël et le Hamas s’accusent mutuellement de crimes de guerre. En cas d’adhésion des Palestiniens à la CPI, les mouvements palestiniens, notamment le Hamas, s’exposent eux-mêmes à de possibles poursuites.

L’Autorité palestinienne avait demandé en 2009 à la CPI d’enquêter sur des crimes présumés commis par Israël, mais le procureur avait alors rappelé que seuls les Etats peuvent reconnaître la compétence de la Cour.

Depuis, le statut d’Etat observateur obtenu en novembre 2012 à l’ONU par la Palestine lui donne accès aux organisations et conventions internationales.

Israël a signé le Statut de Rome mais ne l’a pas ratifié.