Selon des sources palestiniennes à Gaza, les forces de sécurité interne du Hamas ont arrêté la cellule terroriste responsable de tirs de roquettes sur le sud d’Israël lundi et mardi.

Les arrestations n’ont pas été mentionnées par les médias palestiniens.

L’identité du groupe est encore inconnue. Cependant, il appartenait apparemment à une faction extrémiste qui s’est séparée du Hamas, estimant que l’organisation qui dirige Gaza n’est pas suffisamment radicale.

Une salve de missiles en provenance de Gaza s’est abattue sur Israël ces derniers jours, alors montaient les tensions suite à l’enlèvement des trois adolescents israéliens en Cisjordanie et à l’opération militaire israélienne « Gardiens de nos frères » qui a suivi pour les récupérer.

Les responsables militaires affirment que 20 à 30 roquettes ont été tirées sur Israël au cours des deux dernières semaines, dont au moins cinq qui ont été lancées mardi soir.

Une roquette a explosé dans l’ouest du Néguev. Personne n’a été blessé, mais il y a eu des dommages mineurs. Deux autres roquettes ont été interceptées par des batteries du Dôme de fer sur Ashkelon et deux autres ont atterri dans la bande de Gaza, tuant un enfant et blessant trois personnes, dont deux enfants.

Un responsable médical du Hamas a déclaré qu’il n’était pas clair si la roquette qui a causé les pertes était un tir manqué ou si le système de défense anti-missile, Dôme de fer, l’a faite exploser sur le territoire palestinien.

Israël a répondu aux tirs de roquettes par des raids aériens nocturnes sur Gaza.

Malgré les arrestations, le haut responsable du Hamas Mahmoud al-Zahar a adopté un ton offensif lors de son avertissement mardi, assurant que les roquettes et les missiles du Hamas ont la capacité de frapper n’importe quelle ville en Israël.

Il a ajouté que l’arsenal de missiles de l’organisation terroriste s’est considérablement amélioré et qu’il travaillait jour et nuit pour creuser de nouveaux tunnels et améliorer ses capacités de résistance.