La vaste région de Tel Aviv serait la cible d’un martèlement intensif de roquettes du Hezbollah si Israël menait une guerre dans le Nord, selon un responsable militaire israélien sortant. Il avertit que ces attaques dépasseraient de loin les salves du conflit de cet été avec Gaza.

Selon le commandant du district du Gush Dan, le colonel Efi Mishov, si les tirs seraient plus nombreux dans une guerre avec le groupe terroriste chiite du Hezbollah, basé au Liban, la région de Tel Aviv serait probablement en mesure de résister.

« Je crois que les choses seront différentes et que les restrictions [concernant la population], qui étaient mineures dans la région du Dan, seront plus sévères dans le scénario du Nord où la menace est différente », a déclaré Mishov à la Deuxième chaîne dans une interview diffusée samedi soir.

« Dans une campagne au Nord, davantage de roquettes seraient tirées sur le Gush Dan que cet été. Mais même si la menace serait plus grande et différente, je pense que la région du Dan pourra la gérer ».

Mishov fonde ses estimations sur une enquête du commandement de la Défense passive concluant que 90 % des habitants de la région ont suivi les directives pendant le conflit de sept semaines avec le Hamas.

En outre, des améliorations seront apportées aux systèmes d’alerte dans la région, telles que l’installation de plusieurs alarmes dans les zones où les habitants ont rapporté qu’ils n’entendaient pas toujours les sirènes.

« Si je vous avais dit avant cette opération que plus d’une centaine de roquettes pleuvraient sur la région Dan, et que la région continuerait à fonctionner comme elle le fait, certains auraient été sceptiques », dit-il.

Tel Aviv a essuyé des roquettes quasi-quotidiennement pendant la guerre de 50 jours avec le Hamas à Gaza cet été, même si le système d’interception de missile Dôme de fer a limité les dommages au minimum.

Ces salves étaient la première attaque sérieuse sur la ville depuis la guerre du Golfe de 1991. Si le Hezbollah a lancé des milliers de roquettes sur Israël pendant la guerre de trois semaines en 2006, il n’a touché que la plaine côtière nord, atteignant Haïfa, mais a laissé Tel Aviv indemne.

L’évaluation de Mishov fait suite à plusieurs avertissements de ces dernières semaines de hauts commandants de Tsahal sur une guerre avec le Hezbollah beaucoup plus grave que le conflit à Gaza.