Le journal d’un soldat de l’armée israélienne, tué en 1970 à
19 ans, a été découvert près d’une base navale à Haïfa la semaine dernière par deux soldats, et grâce à Facebook, reviendra à ses descendants.

Les deux soldats avaient quitté leur base quand Yuval Klein, 20 ans, a découvert un cahier bleu près de la porte arrière de leur véhicule, a rapporté Yediot Ahronot.

En le feuilletant, Klein découvre des écrits datant des années 1960 ainsi que des photographies.

Questionné par le soldat, le conducteur informe Klein que le véhicule appartenait à l’armée et qu’il n’avait aucune information sur la source.

Cherchant à rendre le journal à son propriétaire légitime, Klein a posté les photos sur sa page Facebook dans l’espoir que quelqu’un puisse reconnaître le soldat.

Après peu de succès, il se tourne vers le quotidien Yediot Aharonot en demandant de faire appel à ses lecteurs, via la page Facebook du quotidien, afin de diffuser les photos du journal retrouvé.

En quelques heures, les utilisateurs identifient le propriétaire du journal, Binyamin Rash, tombé le 3 mars 1970, après avoir marché sur une mine.

Un des commentateurs de ​​la page Facebook était le neveu de Rash, Binyamin Digmal, 40 ans, qui porte le nom de son défunt oncle. Digmal a contacté Klein, et les deux se sont rencontrés avec ses deux sœurs, Gal et Efrat Katzir.

« Au début, je pensais que c’était un canular, ou que quelqu’un essayait de m’extorquer de l’argent, parce que ça avait l’air fou », a déclaré Digmal.

« Mais après, quand j’ai parlé à la presse et à Yuval, j’ai réalisé que c’était grave ».

Au téléphone, Klein a lu à Digmal la dédicace écrite par la maman à son fils en 1962.

Et la grande sœur de Rash aussi qui a écrit : « Si vous ne vous protégez pas, personne ne viendra vous protéger. Rappelez-vous en, parce que la vie est précieuse ».

La famille est à la recherche d’informations sur la façon dont le journal a pu se retrouver dans la voiture.

Elle a publié un appel demandant à ceux qui auraient des informations de les leur fournir.