Les combattants de l’Etat islamique utilisent les réseaux sociaux pour saluer le « lionceau » du groupe djihadiste, un petit garçon de 10 ans qui aurait été tué lors d’une aérienne américaine aux côtés de son père.

L’enfant a été identifié par un compte sur Twitter affilié à l’Etat islamique comme étant Abu Ubaidah. Il est considéré par le groupe djihadiste comme « le plus jeune martyr » de la Péninsule arabique. Des photos ont été postées où l’on peut voir le petit garçon tenant des armes et portant une tenue de combat avec une ceinture d’explosifs.

Une vidéo mise en ligne sur YouTube par un utilisateur appelé
« The Cub of Baghdadi » [Le lionceau de Baghdadi] fait l’oraison funèbre du garçon : « Dans la vie, nous nous sommes rencontrés, et dans la vie après la mort, nous avons l’espoir que – nous demandons à Dieu qu’il te rende heureux, dans un endroit où l’ennui n’existe pas. Le paradis ».

Il n’y aucune confirmation au sujet de l’identité de l’enfant ou de sa mort. Les rumeurs faisant état du décès du petit garçon ont commencé à circuler sur Internet le 26 septembre, selon le site d’informations  » target= »_blank »>Al Bawaba.

Selon un article du Times of London, les images du garçon et de son père, montrent le père, qui semblerait être originaire d’Arabie saoudite ou d’un Etat du Golfe, portant une ceinture d’explosif. Sous l’une de ses images, il y a l’éloge funèbre écrite par le garçon pour son père : « Qu’Allah te protège, mon précieux père, tu m’as appris l’amour du djihad et m’a fait connaître les personnes du djihad, toi qui as donné ta vie au nom de Mawla [le leader spirituel], qu’il te protège ».

En juin, l’institut de veille Human Rights Watch [une ONG de défense et de protection des droits de l’Homme], a annoncé dans un rapport que l’Etat islamique et les autres groupes armés de Syrie recrutaient des enfants de 15 ans, leur faisaient suivre une formation pour leur apprendre à utiliser les armes et les envoyaient au combat.

Il a aussi accusé l’EI d’entraîner des enfants de moins de 13 ans. Ils auraient les mêmes devoirs militaires que les adultes, et que ce soit les enfants ou les adultes, lorsqu’ils s’engagent dans l’EI, ils s’engagent aussi à éventuellement à participer à des attentats-suicides.