Un ancien chef de la sécurité d’El Al estime que l’Iran pourrait être derrière la disparition du vol MH 370 de Malaysia Airlines.

Isaac Yeffet, qui fut directeur de la sécurité mondiale pour la compagnie aérienne israélienne dans les années 1980 et travaille aujourd’hui comme consultant en aéronautique dans le New Jersey, explique que les enquêteurs ont raison de cibler leurs recherches sur les deux passagers iraniens détenteurs de faux passeports. Il ajoute qu’un temps précieux a été gâché à explorer d’autres pistes.

« Ce qui est arrivé à cet avion, personne ne le sait. Ma supposition se fonde sur les passeports volés et je crois que l’Iran est impliqué », affirme-t-il. « Ils ont piraté l’avion et l’ont fait atterrir dans un lieu que personne ne peut voir ou trouver. »

Juste après la disparation de l’avion, qui a eu lieu la semaine dernière lors d’un vol de nuit standard entre Kuala Lumpur et Pékin, des responsables malaisiens et les médias ont eu les yeux rivés sur l’histoire de deux Iraniens, montés à bord avec des passeports volés.

Avec la progression de l’enquête et la révélation de détails troublants – notamment le fait que l’avion aurait volé sept heures sans émettre de signal radio et qu’il se trouve potentiellement n’importe où entre le nord du Kirghizstan et le sud de l’océan Indien –  l’attention a dérivé vers le rôle des pilotes, laissant libre cours aux théories du complot en tout genre. C’est un faux pas, juge Yeffet, qui ajoute qu’un tel événement n’aurait pas pu se produire en Israël.

« Cela n’aurait jamais pu avoir lieu à bord d’un avion israélien », assure-il. « Un avion d’El Al a été piraté pour la première et la dernière fois en 1968. Depuis, il n’y a pas eu un seul vol sur lequel la sécurité n’a pas vérifié chacun des noms des passagers. »

Toutefois, Yeffet précise qu’il a sans doute fallu plus que deux Iraniens avec des documents falsifiés pour réussir un crime aussi étonnant. « Je ne peux pas croire une seconde que si ces gens envisageaient de pirater l’avion, ils étaient seuls ». Mais, en se basant sur la stratégie israélienne éprouvée de profilage, les pilotes sont, explique Yeffet, des suspects improbables.

« Nous parlons d’un capitaine de 53 ans, qui a travaillé pour Malaysia Airlines pendant 30 ans et tout d’un coup, il serait devenu terroriste ? Il voulait se suicider ? S’il s’est suicidé, où sont les débris ? »

Ajoutant que le capitaine en question, Zaharie Ahmad Shah, était un homme marié et aisé, Yeffet explique que le profil ne correspond tout simplement pas. « Des États-Unis à la Chine et au Japon, tout le monde recherche cet avion ou ses morceaux. Et il n’y a aucun signe. Donc, selon moi, l’avion a été piraté. Et c’était un plan excellent des terroristes, atterrir dans un endroit où ils peuvent cacher l’avion et où personne ne peut le retrouver. »

Le lieutenant-colonel (réserviste) Eran Ramot, ancien pilote de combat de l’armée de l’air et chef de la recherche aéronautique à l’institut Fisher pour les études spatiales et aéronautiques, dresse toutefois des conclusions différentes.

« Il aurait été très compliqué [pour quelqu’un d’autre que le pilote d’avoir dirigé l’avion] », dit Ramot, s’appuyant sur la révélation stupéfiante que l’appareil a non seulement fait un demi-tour complet par rapport à son itinéraire initial, mais a également disparu des radars pendant plusieurs heures et a vu tous ses systèmes de suivi être éteints manuellement. « Il faut quelqu’un qui sache manœuvrer un avion de ce genre. »

Tout comme Yeffet, Ramot pense que l’avion a été piloté vers un endroit secret, et va jusqu’à dire qu’il garde l’espoir que les 239 passagers et l’équipage à bord soient encore en vie.

« Nous ne savons rien de plus pour le moment », indique-t-il. « L’une de mes théories est que l’avion a atterri au Bangladesh. Il aurait pu s’y rendre, c’est très près de l’Afghanistan. Il aurait pu se poser sur une piste d’atterrissage là-bas et tout le monde serait encore en vie. Cela a pu être fait. »

Quant à savoir ce qu’il se serait passé si l’avion – indétectable pendant plusieurs heures – avait pénétré l’espace aérien israélien, Ramot explique que « ce ne serait pas passé inaperçu, c’est certain. Des mesures auraient été prises avec, au minimum, une interception de l’appareil pour l’escorter. »

Cela ne veut pas dire que l’armée malaisienne ne faisait pas attention, s’empresse-t-il d’ajouter. Mais en Israël, la marge d’erreur est considérablement réduite.

« C’est une question d’ambiance », explique-t-il. « Ici, chaque signal sur l’écran est suspect, parce que c’est notre manière de vivre. C’est notre programme quotidien. Je ne peux pas imaginer qu’ils fassent autant attention, mais si un signal dure longtemps ou émet des tonalités étranges, je suppose qu’ils s’en aperçoivent. »

Pini Schiff, l’un des meilleurs experts israéliens en sécurité aérienne, estime que le seul réconfort que les Israéliens puissent tirer de l’histoire du MH 370 (si l’on peut parler de réconfort) est le fait que cela ne pourrait jamais arriver à un avion qui décolle de l’aéroport Ben Gourion.

« Cela ne se produirait tout simplement pas à Ben Gourion », dit-il. « Le niveau de sécurité dans l’aéroport et à bord de tous les avions El Al est tellement élevé, il n’y rien de plus qui pourrait être fait… Les pays ne payent pas des milliards de dollars pour protéger leur aviation, comme le fait le gouvernement israélien, car la menace n’est pas aussi élevée. Ce que nous faisons à Ben Gurion est une opération qui n’est faite par aucun autre aéroport au monde. Ni aux Etats-Unis, ni au Royaume-Uni, ni en Allemagne, nulle part. »

Comme ses collègues, Schiff pense que sa supposition est aussi valable que celle de n’importe qui quant au destin du MH 370, mais il croit également qu’il y a de bonnes chances pour que l’avion ait atterri, intact, sur une piste cachée, dans un coin reculé du monde.

« Cela sera découvert. Ça peut prendre un mois ou un an, mais au bout du compte, cela sera découvert », affirme t-il. « Cet avion ne s’est pas volatilisé. Il existe quelque part sur terre et il sera retrouvé, probablement en un seul morceau. »