L’Iran prévoie de construire un porte-avions dans le cadre de l’amélioration de ses capacités militaires marines, a annoncé lundi un haut-gradé de la marine.

« Construire un porte-avions fait également partie des objectifs de la marine, et nous espérons atteindre cet objectif », a déclaré l’amiral Peiman Jafari Therani, commandant adjoint de la marine chargé de la coopération. Il est cité par l’agence de presse semi-officielle iranienne, Fars News.

Therani a également déclaré que le ministère iranien de la Défense et la marine « produisent localement différents types de missiles. »

Le commandant de la marine iranienne, Habibollah Sayyari, avait déjà déclaré en 2014 que l’Iran était capable de construire des porte-avions ainsi que des sous-marins perfectionnés.

« Comme nous avons réussi à produire des navires de guerre et des sous-marins, nous avons aussi la capacité de construire des porte-avions et des sous-marins de haute technologie », avait déclaré Sayyari à l’époque, cité par Fars.

Le président iranien Hassan Rouhani s'exprime devant le parlement après la levée des sanctions par l'accord nucléaire, à Téhéran, le 17 janvier 2016. (Crédit : Atta Kenare/AFP)

Le président iranien Hassan Rouhani s’exprime devant le parlement après la levée des sanctions par l’accord nucléaire, à Téhéran, le 17 janvier 2016. (Crédit : Atta Kenare/AFP)

L’Iran vante souvent les progrès de ses capacités militaires, même si beaucoup de ces accomplissements ne peuvent pas être confirmés par des sources extérieures au pays.

Le président iranien Hassan Rouhani a ordonné ce mois-ci que les scientifiques du pays commencent à travailler sur des sous-marins à propulsion nucléaire, ce qui a été perçu comme une réponse au renouvellement des sanctions américaines.

Les députés iraniens avaient déjà évoqué la possibilité de construction de vaisseaux et de sous-marins à propulsion nucléaire en 2012, au plus fort des tensions avec la communauté internationale sur le programme nucléaire iranien.

Des analystes internationaux ont déclaré que l’annonce était probablement que de l’esbroufe, car ce projet serait extrêmement coûteux pour un gain stratégique faible.