Quelque 900 agents du Hamas, du Jihad islamique et d’autres groupes terroristes palestiniens ont été tués dans la bande de Gaza au cours des 29 jours de combats, depuis que l’opération Bordure protectrice a été lancée par l’armée israélienne le 8 juillet, a déclaré mardi, une source militaire israélienne.

La source a ajouté que l’aviation israélienne avait frappé un total de
4 800 cibles dans l’enclave palestinienne.

Les responsables de la santé dans la bande de Gaza contrôlée par le Hamas disent que près de 1 900 Palestiniens ont été tués depuis le début des combats, la plupart des civils et de nombreux enfants. Les groupes de défense des droits palestiniens ont affirmé que 84 % des personnes tuées dans le conflit étaient des civils, mais Israël conteste ces allégations.

Plus tôt mardi, le porte-parole de Tsahal, le lieutenant-colonel Peter Lerner a déclaré que l’armée avait achevé sa mission de détruire 32 des tunnels d’attaque du Hamas qui traversent la bande et qui rejoignent le territoire israélien.

À 8 h, le mardi matin, l’armée israélienne avait retiré toutes ses troupes terrestres de Gaza, au moment où le cessez-le-feu négocié par l’Egypte est entré en vigueur.

La guerre à Gaza a coûté la vie à 64 soldats, dont 11 ont été tués par des hommes armés du Hamas émergents de tunnels creusés sous la frontière entre Gaza et Israël, et trois civils du côté israélien.

Plus de 3 000 roquettes ont été lancées sur les villes israéliennes dans le conflit.