Un hôtel suisse a placé des panneaux invitant ses « clients juifs » à se doucher avant d’aller nager, scandalisant les clients et entraînant une plainte officielle du ministère des Affaires étrangères lundi.

« A nos clients juifs, femmes, hommes et enfants, merci de prendre une douche avant d’aller nager », dit l’un des panneaux de l’Aparthaus Paradise, dans le domaine alpin d’Arosa. « Si vous ne respectez pas les règles, je devrais vous interdire la piscine. »

Un autre panneau, placé sur un réfrigérateur, annonce : « à nos clients juifs : vous ne pouvez avoir accès au réfrigérateur uniquement aux horaires suivants : entre 10h00 et 11h00 et entre 16h30 et 17h30. J’espère que vous comprendrez que notre équipe n’apprécie pas d’être dérangée en permanence. »

Alors que des clients se disaient horrifiés de ces panneaux, et que Tzipi Hotovely, la vice-ministre des Affaires étrangères, a exprimé son indignation dans un communiqué, l’hôtel a affirmé qu’il y avait une incompréhension et que son intention n’était absolument pas antisémite.

« Tout le monde a été très gentil avec nous, puis nous sommes descendus et avons vu les panneaux, nous avons été choqués », a dit une cliente israélienne à la Deuxième chaîne.

Arosa, en Suisse. Illustration. (Crédit : Patrick Nouhailler/CC BY-SA/Flickr)

Arosa, en Suisse. Illustration. (Crédit : Patrick Nouhailler/CC BY-SA/Flickr)

« C’était très étrange, et un genre d’antisémitisme que nous n’avions jamais vu auparavant », a-t-elle ajouté.

Hotovely a affirmé qu’il s’agissait d’un « acte antisémite de la pire sorte. »

Elle a indiqué avoir parlé avec l’ambassadeur d’Israël en Suisse, Jacob Keidar, qui a confirmé que les panneaux avaient été retirés. Il a également précisé avoir parlé avec le ministère suisse des Affaires étrangères de cet incident.

Le ministère suisse des Affaires étrangères a indiqué mardi dans un communiqué qu’il avait réaffirmé à l’ambassadeur que la Suisse « condamne le racisme, l’antisémitisme et toute discrimination ».

Hotovely a déclaré que le retrait des panneaux ne serait pas suffisant. « Malheureusement, l’antisémitisme est toujours présent en Europe, et nous devons nous assurer que la punition pour de tels actes dissuadent ceux qui portent encore le germe de l’antisémitisme », a-t-elle dit.

Le Centre Simon Wiesenthal a pour sa part demandé à la ministre suisse de la Justice,Simonetta Sommaruga, de « fermer l’hôtel de la haine » et de « punir sa direction ». Il demande en outre au site de réservation Booking.com de « retirer l’Aparthaus Paradies » de ses listes et « à la communauté juive de mettre sur liste noire cet horrible hôtel ».

L'hôtel Aparthaus Paradies d'Arosa, en Suisse. (Crédit : autorisation)

L’hôtel Aparthaus Paradies d’Arosa, en Suisse. (Crédit : autorisation)

Contactée par la Deuxième chaîne, Ruth Thomann, la directrice de l’hôtel, a confirmé que les panneaux avaient été retirés. Elle a souligné que de nombreux Juifs descendaient dans l’hôtel, particulièrement à cette saison, et qu’ils étaient très bien accueillis.

Le reportage a indiqué que l’hôtel était populaire auprès des clients juifs ultra-orthodoxes du monde entier, car il répondait généralement très bien à leurs demandes.

La direction de l’hôtel a dit à la Deuxième chaîne qu’elle n’avait pas eu l’intention de blesser quiconque avec ses panneaux. « Il n’y avait pas d’intention antisémite, et les panneaux ont été retirés, a-t-elle dit. Nous n’avons aucun problème avec les clients juifs à l’hôtel. »

L’hôtel a ensuite expliqué pourquoi les panneaux s’adressaient spécifiquement aux Juifs.

« Le panneau sur le congélateur a été accroché parce que seuls les Juifs utilisent le réfrigérateur des employés, a-t-il dit. Le panneau concernant les douches a été posé quand deux fillettes juives sont entrées [dans la piscine] sans prendre de douche, ignorant un panneau s’adressant à tous les clients. Un panneau spécifique a donc été posé pour attirer leur attention. »

« Actuellement, nous avons de très nombreux clients juifs et je remarque que certains ne prennent pas de douche avant d’aller nager », a-t-elle confié au journal suisse de langue allemande Blick. « Etant donné que d’autres clients m’ont demandé de faire quelque chose, j’ai écrit un peu naïvement cette affiche, a-t-elle reconnu. J’aurais mieux fait d’adresser cette demande à tous les clients de l’hôtel. »

L’AFP a contribué à cet article.