Le directeur de Branche des ressources humaines de Tsahal a annoncé sa démission mercredi, un jour après le vol de son ordinateur portable contenant des informations classifiées à son domicile, dans le sud d’Israël, a annoncé l’armée.

Le chef d’Etat-major, Gadi Eizenkot, a accepté la démission du major-général Hagai Topolansky « avec le cœur lourd », selon un communiqué.

Un ordinateur portable contenant des informations top secrètes a été volé au domicile d’un général de l’armée israélienne mardi, dans le sud d’Israël, a annoncé l’armée.

Avant l’aube mardi, le domicile de Topolansky a été cambriolé, et plusieurs objets ont été volés, dont l’ordinateur de l’armée, a annoncé un porte-parole de l’armée israélienne.

Topolansky a été convoqué pour être interrogé par la police militaire mercredi, et a remis sa démission peu après à Eizenkot.

Le chef d'Etat-major, Gadi Eizenkot, pendant une réunion de la commission de contrôle de l'Etat de la Knesset, le 16 août 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le chef d’Etat-major, Gadi Eizenkot, pendant une réunion de la commission de contrôle de l’Etat de la Knesset, le 16 août 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Topolanski a dit au chef d’Etat-major que pendant toute sa vie, il avait appris à prendre ses responsabilités, comme il le demandait à ses subordonnées », a déclaré l’armée.

Le général de brigade Meirav Kirshner, directeur de cabinet de la Branche des Ressources humaines, le remplacera à son poste « jusqu’à ce que remplaçant permanent soit choisi », a annoncé l’armée.

« [Topolanski] est un officier apprécié et vertueux, un pilote de combat qui a dédié toute sa vie à la sécurité de l’Etat d’Israël », a déclaré Tsahal dans un communiqué.

L’ancien ministre de la Défense Moshe Yaalon a déploré la démission de Topolanski, mais applaudi le général pour agir correctement.

« Hagan a montré ce que cela veut dire de prendre ses responsabilités, ce que cela veut dire d’être un exemple personnel, même quand le coût personnel est élevé. Pour cela, il mérite d’être admiré », a écrit Yaalon sur Twitter.

De gauche à droite : Moshe Yaalon, alors ministre de la Défense, la major-général (de réserve) Orna Barbivai, le major-général Hagai Topolanski et l'ancien chef d'Etat-major Benny Gantz pendant la cérémonie de prise de fonction de Topolanski à la tête de la Branche des ressources humaines, au QG de l'armée à Tel Aviv, le 8 septembre 2014. (Crédit : unité des porte-paroles de l'armée israélienne/Flash90)

De gauche à droite : Moshe Yaalon, alors ministre de la Défense, la major-général (de réserve) Orna Barbivai, le major-général Hagai Topolanski et l’ancien chef d’Etat-major Benny Gantz pendant la cérémonie de prise de fonction de Topolanski à la tête de la Branche des ressources humaines, au QG de l’armée à Tel Aviv, le 8 septembre 2014. (Crédit : unité des porte-paroles de l’armée israélienne/Flash90)

Après le cambriolage de sa maison mardi à Beer Tuvia, dans le sud du pays, la police israélienne et la police militaire ont ouvert une enquête pour retrouver l’ordinateur volé.

Ni la police, ni l’armée n’ont indiqué que l’ordinateur avait été retrouvé, et aucune arrestation n’a été annoncée.

On ne sait pas quelles informations se trouvaient sur l’ordinateur volé, ni si elles comprennent des informations top secrètes ou simplement des programmes militaires classifiés.

En fonction du type d’informations présentes sur l’ordinateur, Topolanski pourrait être poursuivi.

Selon le site d’informations Ynet, la maison de Topolanski est l’une des cinq qui a été cambriolées à Beer Tuvia mardi matin. Des ordinateurs, des téléphones portables et de l’argent ont été volés dans toutes les maisons.

Les détails de l’affaire étaient placés sous embargo jusqu’à mercredi.

Pour empêcher la fuite d’informations classifiées, l’armée a une politique sévère envers les officiers qui permettent aux ordinateurs militaires d’être volés sous leu garde.

L’année dernière, le colonel de Tsahal Ilan Levy avait été sommairement écarté de son poste après le vol dans sa voiture de documents classifiés, où il les avait laissés par erreur. Les documents volés avaient été retrouvés en Cisjordanie par le Shin Bet.

En octobre, un lieutenant colonel de l’armée de l’air avait été suspendu pour deux semaines après le vol d’un ordinateur militaire à son domicile.

Cette année également, le directeur du programme de défense anti-missile d’Israël, Yair Ramati, avait été écarté de son poste après des accusations selon lesquelles il aurait gardé des secrets d’Etat de manière inappropriée.

Pilote de combat, Topolanski, 51 ans, a été nommé à la tête de la Branche des Ressources humaines de l’armée israélienne en septembre 2014.

De droite à gauche, le major-général Yair Golan, le président Reuven Rivlin et le major-général Hagai Topolanski en visite sur la base militaire de Mihve Alon dans le nord d'Israël, le 15 juin 2016. (Crédit : Mark Neyman/GPO)

De droite à gauche, le major-général Yair Golan, le président Reuven Rivlin et le major-général Hagai Topolanski en visite sur la base militaire de Mihve Alon dans le nord d’Israël, le 15 juin 2016. (Crédit : Mark Neyman/GPO)

Il a précédemment été commandant en second de l’armée de l’air israélienne, et a occupé plusieurs postes importants dans l’armée de l’air.

On ne sait pas combien de temps encore Topolanski serait resté dans l’armée sans cette affaire, car il n’a pas été nommé à ce qui aurait été son prochain poste logique, la direction de l’armée de l’air.

Quand il dirigeait la Branche des Ressources humaines, Topolanski a supervisé plusieurs changements spectaculaires des politiques de ressources humaines de l’armée, dans le cadre d’un projet de rationalisation de l’armée.

Il a également été responsable de plusieurs mesures controversées au sein de l’armée, comme la restructuration de l’unité de Tsahal qui détermine « l’identité juive » et le renforcement des politiques sur la barbe, ce qui a été perçu comme une prise de pouvoir sur le rabbinat militaire.