Un Palestinien a été tué et deux autres ont été blessés suite à des affrontements avec les forces de sécurité lors d’un enterrement en Cisjordanie, ont annoncé des sources médicales palestiniennes vendredi.

La victime de 30 ans a été identifiée par les secouristes comme étant Ziad Awad.

L’armée israélienne a déclaré que de violents affrontements ont éclaté lors de la procession funéraire et que les troupes ont répondu en utilisant des moyens de dispersion anti-émeute.

Les funérailles, qui ont eu lieu dans le village de Beit Ummar, dans le nord de Hébron, était l’enterrement d’un Palestinien récemment libéré d’une prison israélienne.

Les secours ont indiqué que deux autres Palestiniens ont été blessés lorsque les troupes israéliennes ont ouvert le feu pour réprimer les manifestations qui ont éclaté après l’enterrement de l’homme, qui serait mort peu de temps après sa sortie de prison. Les personnes assistant à l’enterrement ont tenu Israël responsable de sa mort.

Les secouristes palestiniens ont révélé l’identité de l’homme qui a été enterré comme étant Jaafar Awad, qui est tombé malade avant qu’il ne soit libéré de prison.

Le bureau du porte-parole de Tsahal a indiqué au Times of Israel que près de 700 Palestiniens ont assisté aux funérailles « qui s’est ensuite dégénéré en affrontements violents avec les forces armées, ce qui est illégal ».

L’armée israélienne a déclaré que les manifestants ont lancé des pierres, des cocktails Molotov, mis le feu à des pneus et bloqué des routes. L’armée a ajouté que les troupes ont répondu à ses attaques avec des moyens de dispersion anti-émeute, y compris en utilisant des balles en caoutchouc.

« Nous avons identifié quatre coups sûrs et nous enquêtons au sujet des rapports selon lesquels un Palestinien a été tué », a déclaré l’armée israélienne.

Le responsable de l’organisme de l’Autorité palestinienne en charge des affaires des prisonniers, Issa Qaraqe, a publié une déclaration alléguant que Jaafar Awad était mort par « négligence médicale » des autorités pénitentiaires israéliennes.

« Israël est le seul responsable de sa mort », a déclaré Qaraqe dans un communiqué et a appelé à une enquête internationale.

Le père de Jaafar, Ibrahim Awad, a précisé à l’AFP qu’avant la mort de son fils les autorités pénitentiaires israéliennes avaient fait au jeune de 23 ans « une injection qui lui faisait mal et l’a complètement affaibli ».

Israël avait emprisonné Jaafar Ibrahim pour ses « activités terroristes » et son « appartenance au Jihad islamique », un groupe terroriste palestinien – accusations démenties par sa famille.