Un quotidien conservateur japonais a présenté samedi ses excuses pour avoir publié une publicité pour les livres d’un écrivain qui prétend que les Juifs sont derrière le séisme et le tsunami qui ont provoqué une catastrophe au Japon en 2011.

La publicité en question a été publié le 26 novembre dans une édition régionale du Sankei Shimbun, un quotidien national. Elle concernait les oeuvres de Richard Koshimizu, activiste et prétendu journaliste qui soutient également que les Juifs sont responsables des attentats terroristes du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis.

Le même Koshimizu estime aussi que la Shoah, l’extermination des Juifs d’Europe par les nazis pendant la Seconde guerre mondiale, est une « invention » conçue pour justifier la création de l’Etat d’Israël.

« Il est extrêmement regrettable qu’une publicité sur ces ouvrages ait été fournie à nos lecteurs, et nous présentons nos sincères excuses aux lecteurs et aux personnes appartenant à la communauté juive », a déclaré le président du Sankei, Takamitsu Kumasaka, dans un communiqué publié dans le journal.

« Il est évident qu’il y a eu une faille dans le contrôle de nos publicités », a-t-il dit.

M. Kumasaka a ajouté qu’il avait reçu une lettre de protestation d’Abraham Cooper, un responsable du Centre Simon Wiesenthal, qui traque notamment les anciens criminels de guerre nazis.

« Le Sankei considère l’Holocauste commis par les nazis comme un crime impardonnable et haineux », a déclaré le président.

Le Sankei a précisé que la publicité avait été publiée dans son édition Tokai/Hokuriku, qui couvre le centre du Japon et tire à 5.000 exemplaires.