Rechercher

32 M de shekels pour développer l’économie arabe israélienne et freiner le crime

Le plan doit passer à la Knesset pour être voté en même temps que le budget au début du mois prochain ; 2,4 milliards de NIS serviront à lutter contre la vague de criminalité

Le Premier ministre Naftali Bennett dirige une réunion du cabinet au bureau du Premier ministre de Jérusalem, le 24 octobre 2021. (Crédit : Yoav Dudkevitch/POOL)
Le Premier ministre Naftali Bennett dirige une réunion du cabinet au bureau du Premier ministre de Jérusalem, le 24 octobre 2021. (Crédit : Yoav Dudkevitch/POOL)

Le cabinet a adopté dimanche deux plans de grande envergure qui alloueraient plus de 32 milliards de shekels aux communautés arabes dans des domaines allant de l’éducation à la santé en passant par la lutte contre la criminalité.

« Notre objectif est de réduire les écarts dans l’éducation, le bien-être, l’emploi des femmes et la sphère économico-municipale en particulier », a déclaré le Premier ministre Naftali Bennett au cabinet dimanche après-midi. « En approfondissant l’enseignement des mathématiques et des sciences dans la société arabe, nous augmenterons la participation des Arabes au marché de la haute technologie et nous en bénéficierons tous. »

La proposition ayant été approuvée par le cabinet, le plan va maintenant se diriger vers la Knesset, où il devrait être adopté dans le cadre des prochaines négociations budgétaires.

Les responsables arabes israéliens qui ont participé à la rédaction du plan l’ont décrit comme un effort sans précédent pour mettre fin aux écarts persistants entre les communautés arabes et juives. Les maires arabes, les parlementaires, les organisations de la société civile et les responsables gouvernementaux ont travaillé intensivement sur cette proposition au cours des derniers mois.

La ministre de l’Egalité sociale, Meirav Cohen, a qualifié l’approbation du nouveau plan d' »historique ». Une impulsion similaire visant à mettre fin aux écarts persistants entre les Israéliens arabes et juifs en 2015, connue sous le nom de 922, qui prévoyait un budget de 10 milliards de shekels et dont seulement 62 % ont été dépensés, selon les statistiques officielles.

« C’est un plan qui concrétise les valeurs d’égalité. Plus de 21 ministères du gouvernement ont contribué au processus », a déclaré Cohen. « À mon avis, la violence ne peut pas être éradiquée uniquement par des policiers et des juges, mais en créant une meilleure alternative pour les jeunes qui sont actuellement happés par une vie de crime. »

Toutefois, certains ont estimé que le plan était insuffisant. Le centre politique Musawa, basé à Haïfa, a déclaré qu’une proposition nécessiterait pas moins de 10 milliards de shekels par an pour pallier des décennies de négligence de l’État dans les communautés arabes.

Des Arabes israéliens se rassemblent à Umm al-Fahm, dans le nord d’Israël, pour dénoncer la criminalité et la violence dans la communauté, le 22 octobre 2021. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

Plus de la moitié des Arabes israéliens vivent sous le seuil de pauvreté, et leurs villes et villages ont souvent des infrastructures défaillantes et des services publics médiocres. Le gouvernement attribue à toutes les villes du pays un classement économique de 1 à 10. Presque aucune ville arabe n’obtient un score supérieur à 5.

Cette fois, le plan alloue 29,5 milliards de shekels sur cinq ans et s’accompagne de milliards supplémentaires pour des initiatives visant à lutter contre la criminalité et à améliorer l’accès aux soins de santé. S’il est adopté, le programme investira dans des dizaines d’initiatives – de la planification urbaine à la santé publique en passant par l’enseignement de l’hébreu – ce qui lui confère une portée beaucoup plus large que le programme 922, qui visait essentiellement à stimuler les possibilités d’emploi.

Le gouvernement a également approuvé, dans un plan gouvernemental distinct, un montant supplémentaire de 2,4 milliards de shekels sur cinq ans pour lutter contre la montée de la violence et de la criminalité dans les villes arabes. Mettre fin à la vague de criminalité, qui a fait 104 victimes arabes depuis le début de l’année, est systématiquement la priorité numéro un des Israéliens arabes dans les sondages d’opinion.

Selon les responsables, environ 1,4 milliard de shekels sera consacré au renforcement de l’application de la loi : financement d’opérations intensifiées par les agences de sécurité et construction de nouveaux postes de police dans les villes arabes. Par ailleurs, un milliard de shekels sera consacré à des dizaines de programmes civils destinés à lutter contre la vague de criminalité.

« Nous pensons que la lutte contre la criminalité doit s’appuyer sur deux éléments : le renforcement de la police d’une part, et d’autre part, le développement économique, l’acquisition de compétences par les jeunes, etc. », expliquait le fonctionnaire arabe israélien Hassan Tawafreh, qui dirige un bureau gouvernemental chargé de renforcer l’économie arabe israélienne, lors d’un entretien téléphonique avec le Times of Israël en septembre.

Dans un projet de décision gouvernementale communiqué au Times of Israël, le gouvernement appelle également les forces de l’ordre à mener des opérations de grande envergure contre les groupes criminels organisés. La décision complète n’a pas été immédiatement rendue publique.

La police allouera également plus d’un milliard de shekels à la répression des armes illégales, qui sont considérées comme une cause majeure de l’augmentation des homicides, selon le projet de proposition.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...