4 individus arrêtés pour avoir planifié une attaque prévue lors du match Albanie-Israël
Rechercher

4 individus arrêtés pour avoir planifié une attaque prévue lors du match Albanie-Israël

Le match de qualification pour la coupe du Monde de 2018, qui devait avoir lieu à Shkodra, a été déplacé pour des raisons sécuritaires

L'avant israélien Tomer Hemed (au centre) se bat pour le ballon contre le joueur du Liechtenstein Benjamin Buchel pendant le match de qualification pour la Coupe du Monde de football de la FIFA 2018 entre Israël et le Liechtenstein au stade Teddy Kollek Memorial de Jérusalem le 9 pctobre 2016. (Crédit : AFP/Thomas Coex)
L'avant israélien Tomer Hemed (au centre) se bat pour le ballon contre le joueur du Liechtenstein Benjamin Buchel pendant le match de qualification pour la Coupe du Monde de football de la FIFA 2018 entre Israël et le Liechtenstein au stade Teddy Kollek Memorial de Jérusalem le 9 pctobre 2016. (Crédit : AFP/Thomas Coex)

Le match Albanie-Israël prévu samedi à Shkodra (nord), a été déplacé « pour raisons de sécurité », a annoncé la fédération albanaise après la publication mardi d’informations sur des projets d’attentats lors de ce match de qualification pour le Mondial-2018.

Quatre personnes ont été arrêtées en Albanie, soupçonnées d’avoir projeté de placer des bombes lors du match de football entre les équipes nationales israélienne et albanaise qui devrait avoir lieu ce week-end.

Le match de qualification de la Coupe du Monde 2018, qui devait avoir lieu samedi soir dans un stade de la ville de Shkodra, près de la capitale albanaise, Tirana, devrait être déplacé en raison des craintes de menaces terroristes pendant le match.

Il sera maintenant déplacé dans la ville d’Elbasan, a signalé Haaretz.

Le match ne pouvait pas avoir lieu dans la capitale parce que le stade principal est en cours de rénovation.

Les forces de sécurité albanaises ont déclaré ne pas pouvoir garantir la sécurité de l’équipe israélienne à Shkodra, ce qui a provoqué le déplacement du match.

Plus tôt dans la journée, l’équipe israélienne s’est entretenue avec leur équipe de sécurité et ont reçu des instructions strictes restreignant leurs mouvements pendant leur déplacement.

L’équipe de sécurité qui protège les Israéliens serait trois fois plus grande que les autres.

Sollicité par l’AFP, le parquet de Tirana a refusé de confirmer ce projet terroriste évoqué par le quotidien Panorama.

Dans un communiqué, la Fédération albanaise de football a expliqué que la rencontre serait finalement disputée à Elbasan (centre). Elle a invoqué « des raisons de sécurité ».

Selon le quotidien Panorama, quatre personnes arrêtées dimanche par les forces antiterroristes albanaises, entendaient se procurer des explosifs pour des attentats avant et pendant le match.

Le parquet, qui refuse de commenter ces informations, a précisé que les personnes arrêtées fréquentaient régulièrement une mosquée radicale de la périphérie de Tirana, fermée depuis un an.

Elles ont récemment assisté aux audiences d’un procès contre un groupe de neuf imams radicaux, jugés pour apologie du terrorisme.

Sollicité par l’AFP à Jérusalem, un porte-parole de la Fédération israélienne de football a confirmé le déplacement de la rencontre : « Les Albanais nous ont appelés ainsi que la Fifa pour nous avertir d’informations à leur disposition sur la possibilité d’une attaque terroriste ».

Parmi les quatre suspects figurent un médecin et un coiffeur originaires de Shkodra. Ils nient les faits, selon une source judiciaire.

Ils avaient été arrêtés dans le cadre d’un coup de filet qui avait aussi conduit à l’arrestation de neuf autres personnes au Kosovo voisin.

Dans ce pays, une source au sein des services du procureur à Pristina a indiqué à l’AFP, sans plus de détail, que le groupe projetait des « attaques contre des institutions et des bâtiments vitaux du Kosovo », ajoutant n’avoir « aucune information » sur un projet d’attentat en Albanie.

L’Albanie est un pays à majorité musulmane. La grande majorité est tenante d’un islam de tolérance. Mais l’apparition de franges radicales de croyants suscite depuis plusieurs années une inquiétude renforcée par la guerre en Syrie et en Irak.

De 2012 à 2014, entre 100 et 120 Albanais ont rejoint les rangs djihadistes, ce qui fait de ce pays un des plus touchés par ce phénomène en proportion de sa population de 2,8 millions d’habitants, selon des sources policières albanaises.

Une quinzaine ont été déclarés morts, tandis qu’une trentaine seraient rentrés, selon ces sources.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...