Rechercher

5 ans de prison pour l’agression sexuelle d’une fillette lors d’un vol, colère de la famille

Le père de la victime s’insurge contre la clémence du verdict, dans une affaire qui a choqué le pays tout entier en 2021

Illustration : Le tribunal de district de Beer Sheva, dans le sud d'Israël, le 1er décembre 2019. (Crédit: Nati Shohat/Flash90)
Illustration : Le tribunal de district de Beer Sheva, dans le sud d'Israël, le 1er décembre 2019. (Crédit: Nati Shohat/Flash90)

Un adolescent a été condamné mercredi à cinq ans de prison pour l’agression sexuelle d’une fillette de 10 ans, dans son lit, lors du cambriolage d’une maison dans le Neguev, en 2021.

L’agresseur devra verser 70 000 shekels à titre de dommages-intérêts.

Cette condamnation s’est faite dans le cadre d’un accord de plaider-coupable, qui a permis à l’agresseur de reconnaître les faits : attentat à la pudeur sur la personne d’un mineur, introduction par effraction au domicile des victimes et tentative de sodomie.

Le père de la jeune fille a dit toute sa colère face à la clémence du verdict, précisant que la famille avait accepté l’accord de plaider-coupable pour épargner à l’enfant le traumatisme d’un témoignage devant le tribunal et l’interrogatoire des avocats.

« Comme à l’accoutumée, les juges israéliens ont eu pitié de l’auteur plutôt que de la victime. Tout a été fait pour alléger au maximum [la peine] », a expliqué le père au radiodiffuseur public Kan.

« En fin de compte, [le juge] l’a condamné à cinq ans. Combien de temps fera-t-il vraiment ? Sa peine sera réduite pour bonne conduite et ce sera terminé. Cela n’a rien de dissuasif, ce n’est pas une vraie punition. Je me sens humilié », a-t-il déclaré.

Les procureurs avaient demandé au tribunal pour enfants du district de Beer Sheva une peine de prison d’au moins sept ans.

Le père de la fillette a déclaré au site d’information Ynet que l’agresseur était arrivé à l’audience avec un grand sourire.

« Je ne lui en ai pas parlé. Elle n’a pas su qu’il allait y avoir un procès, nous voulions qu’elle pense qu’il était déjà derrière les barreaux », a-t-il déclaré.

L’agresseur, âgé de 17 ans au moment des faits en 2021, ainsi qu’une autre personne âgée de 16 ans, avaient pénétré par effraction au domicile des victimes, situé dans une communauté du Conseil régional de Ramat Hanegev, tard dans la nuit, alors que la famille dormait.

Un troisième suspect, âgé de 21 ans, les attendait dehors à bord d’une voiture.

Les deux mineurs, originaires de la communauté bédouine de Neve Midbar, ont fouillé les lieux à la recherche d’objets de valeur et sont entrés dans une chambre, occupée par la fillette et ses jeunes frères, selon l’acte d’accusation présenté au tribunal.

Les procureurs ont déclaré que le suspect s’était alors couché avec la fillette et avait commencé à l’embrasser et à lui lécher le visage. Quand elle a protesté, il l’a agressée sexuellement.

Selon le radiodiffuseur public Kan, bien que l’agresseur n’ait admis que la tentative de sodomie dans le cadre de l’accord de plaider-coupable, la jeune fille a témoigné que l’agression avait bien eu lieu.

La jeune fille a alors appelé son père à l’aide, ce qui a fait fuir les deux cambrioleurs, qui ont rejoint leur complice et pris la route à bord du véhicule qui les attendait.

Cette agression a déclenché une vague de manifestations dans le sud du pays, de la part des habitants, qui ont pressé le gouvernement d’agir contre une criminalité très forte, qu’ils attribuent aux gangs des communautés bédouines voisines.

Des centaines d’habitants du Neguev ont manifesté, parmi eux des membres de la communauté bédouine, exigeant que le gouvernement fasse tout pour ramener le calme et l’ordre dans la région.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...