Israël en guerre - Jour 251

Rechercher

50 à 200 morts à l’hôpital de Gaza – Renseignements américains et source européenne

CNN fait état de 100 à 300 morts et soutient l'innocence d'Israël alors que d'autres médias sont aussi critiqués pour avoir qualifié de crédible le bilan du Hamas de 500 morts

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

Le parking incendié de l'hôpital baptiste al-Ahli dans la ville de Gaza après une explosion nocturne, le 18 octobre 2023. (Autorisation)
Le parking incendié de l'hôpital baptiste al-Ahli dans la ville de Gaza après une explosion nocturne, le 18 octobre 2023. (Autorisation)

La communauté du renseignement américain estime qu’entre 100 et 300 personnes ont été tuées à l’hôpital al-Ahli de Gaza, ont rapporté jeudi les médias américains, et un responsable européen a estimé le bilan à 50 ou moins, contredisant les affirmations du groupe terroriste palestinien du Hamas selon lesquelles 10 fois plus de personnes avaient été tuées dans ce qui est de plus en plus reconnu comme une explosion causée par un tir de roquette raté du groupe terroriste du Jihad islamique palestinien.

Les autorités sanitaires du Hamas ont affirmé que l’hôpital avait été la cible de frappes aériennes israéliennes et ont avancé le chiffre de 500 morts, ce qui a été largement repris dans le monde entier.

Cependant, Israël a produit des preuves montrant que l’explosion avait été causée par un tir de roquette raté depuis Gaza par le Jihad islamique palestinien, une évaluation approuvée par les États-Unis, qui ont déclaré qu’ils disposaient de leurs propres données à cet effet. Le monde arabe a continué à rejeter la faute sur Israël, et des manifestations de masse ont éclaté dans plusieurs capitales de la région à la suite de cette erreur.

Un document des services de renseignement américains présenté jeudi par CNN indique que l’hôpital n’a subi que de légers dommages structurels et qu’Israël n’était pas responsable de l’explosion.

Les photos de l’après-explosion montrent un parking avec des voitures carbonisées et gravement endommagées, mais des bâtiments environnants intacts, bien que portant des traces d’éclats d’obus. Les images de l’hôpital après la frappe, publiées par le groupe de surveillance par satellite Maxar, montrent que les bâtiments de l’hôpital semblent pour la plupart intacts.

Les responsables de l’armée israélienne affirment que leurs frappes aériennes laissent généralement de grands cratères et rasent les bâtiments.

Des personnes fouillant les débris à l’extérieur du site de l’hôpital Ahli Arab, à la suite d’une explosion, dans le centre de Gaza, le 18 octobre 2023. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

Le Hamas maintient que 471 personnes ont été tuées. Son premier bilan de 500 a été cité par les médias du monde entier dans les heures qui ont suivi l’explosion, et il est peu clair comment il a pu arriver à ce chiffre aussi rapidement.

Une source de renseignement européenne de haut rang a déclaré à l’AFP qu’elle pensait qu’un maximum de 50 personnes avaient été tuées.

Le porte-parole de Tsahal, Jonathan Conricus, a contesté les chiffres du ministère contrôlé par le Hamas, en demandant : « Où sont tous les corps ? »

Les correspondants de l’AFP ont vu des dizaines de corps sur les lieux, des secouristes et des civils récupérant des corps enveloppés dans des tissus blancs, des couvertures ou des sacs en plastique noirs.

Des personnes se rassemblant près des corps enveloppés des victimes qui auraient péri dans une explosion nocturne sur le parking de l’hôpital al-Ahli dans le centre de Gaza, le 18 octobre 2023. (Crédit : AFP)

La responsabilité initiale d’Israël dans l’explosion de l’hôpital a entraîné une recrudescence des manifestations anti-Israël et des actes anti-Juifs dans le monde entier. Des émeutes et des manifestations de masse ont éclaté en Jordanie et dans d’autres pays. Le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah a appelé à une journée mondiale du djihad (« Journée de rage »), tandis que la Jordanie a annulé un sommet prévu mercredi avec le président américain Joe Biden, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi et le dirigeant de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. Israël a organisé des vols d’évacuation pour rapatrier les citoyens de Turquie, tout en émettant un avertissement de voyage du niveau de menace le plus élevé pour le pays.

Biden a déclaré mercredi que l’explosion de la veille était probablement le fait d’un groupe terroriste palestinien, sur la base d’un rapport du Pentagone et des services de renseignement israéliens. Plus tôt dans la journée, lors d’une intervention publique aux côtés du Premier ministre Benjamin Netanyahu, Biden avait déclaré : « Selon ce que j’ai vu, il semble que cela a été fait par la partie adverse, et non pas par vous. »

Le porte-parole du Département d’État américain, Matt Miller, a critiqué jeudi les médias pour avoir rapporté sans esprit critique l’affirmation du ministère de la Santé sous contrôle du Hamas selon laquelle l’armée israélienne était responsable de l’explosion près de l’hôpital de la ville de Gaza.

« Je ne veux pas jouer les critiques à l’égard des médias, mais je pense que cet événement a rappelé à tout le monde, y compris aux responsables gouvernementaux et à tous ceux qui suivent ce conflit, qu’il serait sage pour nous tous de faire une pause et de rassembler toutes les informations avant de décider ce que nous croyons et ce que nous ne croyons pas », a déclaré Miller lors d’une conférence de presse.

Le porte-parole de l’armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, montrant à la presse un graphique de tirs de roquettes présumés près de l’hôpital al-Ahli à Gaza, lors d’une conférence de presse, à Tel Aviv le 18 octobre 2023. (Crédit : Gil Cohen-Magen/AFP)

« J’ai vu un certain nombre de médias (…) qui prenaient la parole du Hamas pour argent comptant – la parole d’une organisation terroriste », a souligné Miller.

Un journaliste a répondu à Miller qu’une grande partie du scepticisme des médias à l’égard des affirmations américaines et israéliennes découlait des affirmations faites après le 11 septembre « qui nous ont conduits à la guerre en Irak sur la base d’un mensonge, défendu à un très haut niveau, derrière le podium [de Miller] compris ».

Miller a rétorqué qu’alors qu’Israël avait présenté au public des preuves significatives étayant son affirmation selon laquelle l’explosion de l’hôpital de Gaza avait été causée par une roquette du Jihad islamique palestinien, le Hamas n’a pas fait de même, alors qu’il continue à accuser Israël d’être responsable de l’incident qui, selon lui, a fait des centaines de morts.

Tsahal a notamment présenté une conversation interceptée entre des responsables du Hamas affirmant que l’explosion avait été provoquée par un projectile du Jihad islamique palestinien qui avait raté sa cible.

Une explosion à l’hôpital baptiste al-Ahli dans la ville de Gaza, le 17 octobre 2023. (Crédit : Capture d’écran de la Treizième chaîne ; utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur le droit d’auteur)

Plusieurs vidéos ont également été diffusées, montrant le moment où la roquette est tombée avant d’exploser à l’intérieur de l’enclave palestinienne, mardi.

Les hôpitaux et leurs terrains ont été considérés comme des refuges sûrs pour les habitants de Gaza qui se sont retrouvés sans abri ou déplacés à cause des bombardements, car ils ont été relativement épargnés par les frappes. L’armée israélienne affirme qu’elle ne cible pas les hôpitaux.

Israël a déjà accusé le Jihad islamique palestinien d’être à l’origine de la mort de Palestiniens avec des roquettes qui retombent à l’intérieur même de la bande de Gaza.

Israël mène une opération de frappes aériennes intenses depuis le 7 octobre, date à laquelle quelque 2 500 terroristes ont franchi la barrière frontalière israélienne, ont pénétré en Israël par voie terrestre, maritime et aérienne sous un déluge de milliers de roquettes et ont tué plus de 1 400 personnes, dont une grande majorité de civils. Les terroristes ont également pris au moins 203 otages de tous âges et de diverses nationalités à Gaza.

Des manifestants libanais brandissant des drapeaux nationaux palestiniens et criant des slogans de solidarité avec la population de Gaza dans le centre de Beyrouth, après une explosion dans le parking d’un hôpital de la bande de Gaza, le 17 octobre 2023. (Crédit : Anwar Amro / AFP)

Israël affirme que son offensive vise à détruire les infrastructures du Hamas et s’est engagé à éradiquer l’ensemble du groupe terroriste qui dirige la bande de Gaza. Tsahal affirme viser toutes les zones où le Hamas opère, tout en cherchant à minimiser les pertes civiles. Les autorités sanitaires de la bande de Gaza, dirigée par le Hamas, affirment qu’environ 3 700 personnes ont été tuées par les bombardements israéliens.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.