Rechercher

Armée: Au moins 12 enfants ont été tués par des tirs de roquettes du Jihad islamique

L'armée israélienne estime que la majorité des enfants gazaouis tués dans les combats l'ont été par des tirs du groupe terroriste, lors de trois incidents mortels distincts

Un ami d'un jeune Palestinien tué pendant la nuit dans des circonstances contestées dans le camp de réfugiés de Jabaliya, dans le nord de la bande de Gaza, réagit pendant ses funérailles, le 7 août 2022. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)
Un ami d'un jeune Palestinien tué pendant la nuit dans des circonstances contestées dans le camp de réfugiés de Jabaliya, dans le nord de la bande de Gaza, réagit pendant ses funérailles, le 7 août 2022. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

Selon l’armée israélienne, la plupart des enfants tués à Gaza au cours des trois jours de combats de ce week-end seraient morts des suites d’explosions provoquées par des tirs de roquettes ratés des groupes terroristes palestiniens et non par des frappes israéliennes.

Dans un article non étayé publié dimanche par le quotidien Haaretz, l’armée estime que le Jihad islamique palestinien est responsable d’au moins 12 des 15 décès d’enfants signalés par le ministère de la Santé dirigé par le Hamas à Gaza, au cours des combats.

Tsahal a présenté des preuves vidéo montrant que les sept personnes tuées à Jabaliya samedi soir, dont quatre enfants, dans ce que les médias palestiniens avaient qualifié de frappe israélienne, ont en fait été tuées par une roquette du Jihad islamique qui est retombée dans la bande de Gaza.

Un deuxième incident contesté a entraîné la mort de cinq enfants – âgés de 4, 13, 14, 16 et 17 ans – lors d’une autre explosion survenue dimanche dans le camp de réfugiés de Jabaliya. Les Palestiniens ont affirmé qu’il s’agissait d’une attaque israélienne, mais Israël pense qu’il s’agirait ici aussi du résultat d’un tir raté, d’après l’article.

Dans un troisième incident survenu également dimanche, trois autres enfants ont été tués, ainsi que leur père Yasser Anbahin (dont le groupe terroriste Hamas a revendiqué l’appartenance), lorsque leur maison a été endommagée par une explosion. Selon Tsahal cette explosion aurait, elle aussi, été causée par un tir de roquette raté du Jihad islamique.

L’armée n’a pas encore fourni de preuve concernant ses affirmations sur les deux derniers incidents.

L’armée a déclaré lundi qu’environ 1 100 roquettes ont été tirées vers Israël par des terroristes de la bande de Gaza. Plusieurs de ces roquettes ont atteint Tel Aviv et des villes autour de Jérusalem.

Environ 200 roquettes n’ont pas atteint leur cible et ont atterri dans la bande de Gaza, a précisé l’armée.

Le Jihad islamique palestinien posséderait des milliers de projectiles, mais la grande majorité d’entre eux seraient des roquettes ou des mortiers de courte portée, selon les estimations militaires.

Le groupe terroriste dispose de quelques roquettes à longue portée, mais sans commune mesure avec la capacité du groupe terroriste Hamas, qui a réussi à attaquer le centre d’Israël à plusieurs reprises lors d’une guerre en mai 2021.

Parallèlement, les améliorations apportées aux missiles Tamir du système de défense aérienne du Dôme de fer ont porté le taux d’interception réussie à environ 96 %.

S’exprimant sur l’opération lundi, le porte-parole de Tsahal, Ran Kochav, a déclaré, concernant les pertes civiles, que « plus de Palestiniens sont morts dus à des tirs ratés du Jihad islamique que de tirs de l’armée israélienne. »

Kochav a noté qu’il y avait eu des décès, y compris d’enfants, suite à des « explosions secondaires » résultant des opérations de Tsahal pour lesquelles une enquête permettra de déterminer exactement la responsabilité de l’armée dans ces décès.

Cette photo prise depuis la ville d’Ashkelon, dans le sud d’Israël, montre des roquettes palestiniennes tirées depuis la bande de Gaza, le 7 août 2022. (Crédit : Jack Guez/AFP)

Le Jihad islamique palestinien a identifié lundi 12 membres de son aile militaire tués dans les combats avec Israël, dont deux des principaux commandants du groupe terroriste à Gaza.

Le Hamas, le groupe terroriste qui contrôle Gaza, a déclaré que deux membres de son aile militaire avaient été tués dans les combats entre Israël et le Jihad islamique, tandis que le Front démocratique pour la libération de la Palestine a déclaré qu’un de ses combattants avait été tué.

Kochav a déclaré que l’armée pense que 51 personnes ont été tuées à Gaza au cours des combats, dont 24 membres du groupe terroriste palestinien du Jihad islamique.

Selon l’armée, 16 civils ont été tués par des roquettes gazaouies qui ont manqué leur cible.

Onze autres personnes non affiliées à des groupes terroristes ont été tuées, ce qui signifie qu’au total 27 civils de Gaza – dont un certain nombre d’enfants – ont été tués dans les combats.

Kochav a souligné que les chiffres de l’armée sont des estimations.

Des Palestiniens fouillent les décombres d’un bâtiment dans lequel Khaled Mansour, un haut commandant du Jihad islamique, a été tué lors d’une frappe aérienne israélienne à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 7 août 2022 (Crédit : AP Photo/Yousef Masoud)

Le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas, a déclaré qu’au moins 44 Palestiniens avaient été tués, dont 15 enfants, et que 360 personnes avaient été blessées depuis vendredi.

Un cessez-le-feu est entré en vigueur dimanche à 23 h 30, mettant fin à plus de trois jours de combats intenses entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Jihad islamique dans la bande de Gaza, suite à la conclusion d’un accord négocié par l’Égypte et confirmé par les deux parties.

L’opération à Gaza a été lancée après plusieurs jours de fermetures des routes et de confinements dans les communautés israéliennes proches de la bande en raison de l’alerte d’une attaque imminente, le Jihad cherchant à se venger de l’arrestation de son chef en Cisjordanie, Bassem Saadi, le 1er août.

Tsahal a déclaré avoir mené des frappes sur environ 170 cibles liées au Jihad islamique palestinien, dont des hauts responsables et des militants du groupe terroriste.

Emanuel Fabian a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...