Israël en guerre - Jour 232

Rechercher

À Jaffa, les athlètes et des délégués de la société civile parlent de football féminin

Le Centre Peres a accueilli cet événement un mois avant la finale de la Coupe du monde féminine de la FIFA ; au menu, les financements inégalitaires par rapport aux hommes

Athena Center's Moran Messica-Eidelman, du Centre Athena, Nurit Sharvit, du ministère des Sports et Tami Hay, du Centre Peres, lors d'un panel sur l'avenir du football féminin au Centre Peres de Jaffa, le le 13 juillet 2023. (Crédit : David Azagury/US Embassy Jerusalem)
Athena Center's Moran Messica-Eidelman, du Centre Athena, Nurit Sharvit, du ministère des Sports et Tami Hay, du Centre Peres, lors d'un panel sur l'avenir du football féminin au Centre Peres de Jaffa, le le 13 juillet 2023. (Crédit : David Azagury/US Embassy Jerusalem)

Le centre Peres pour la paix et l’innovation a rassemblé athlètes, entraîneuses et intervenants de groupes issus de la société civile dont les activités se concentrent au sport, jeudi soir à Jaffa. Tous – venus d’Israël et d’ailleurs – ont discuté des défis que rencontrent les joueuses de football en Israël et à l’étranger.

Un certain nombre de jeunes athlètes israéliennes et américaines ont assisté à cet événement, qui avait été organisé par l’ambassade américaine en Israël et par des organisations sportives de premier plan. Au menu, des intervenants impliqués dans le football féminin et la projection d’un film dans l’auditorium du centre.

Dans son discours, lors de l’ouverture de l’événement, la cheffe de mission adjointe au sein de l’ambassade américaine, Stephanie Hallett, a souligné qu’elle espérait que le sport « deviendra un moyen pour faire avancer l’égalité… en particulier parmi les femmes et les jeunes filles ».

Mais les personnes qui ont suivi la responsable américaine à la tribune ont noté qu’il y avait encore énormément de choses à faire avant que cet espoir puisse devenir réalité : le football féminin est largement sous-financé en comparaison avec son pendant masculin et l’inégalité des salaires entrave de manière massive le développement de ce sport en Israël dans la mesure où elle entraîne d’importantes conséquences.

« Nous ne sommes pas suffisamment payées donc nous devons travailler à côté – on ne peut pas se concentrer à 100 % sur le football », a déploré Rachel Steinschneider, membre de l’équipe féminine du Hapoel Jerusalem.

Dans l’incapacité de se consacrer à plein temps à sa passion, Steinschneider est ingénieure informatique chez General Motors en plus de sa carrière d’athlète.

Yasmin Awad, qui a joué au football aux côtés de Steinschneider dans l’équipe féminine du Technion, a confié une histoire similaire. En plus d’être entraîneuse bénévole de l’équipe féminine de football de Tamra, une ville arabe du nord d’Israël, Awad est ingénieure en génie civil au sein de la compagnie israélienne d’électricité.

« Il n’y a pas suffisamment d’entraîneurs qui souhaitent travailler bénévolement », a-t-elle regretté, faisant remarquer combien il était difficile de jongler entre sa carrière et son travail d’entraîneuse. « Je n’ai pas de temps pour moi ; je travaille de 7 heures du matin jusqu’à 17 heures comme ingénieure puis trois ou quatre heures supplémentaires sous ma casquette de coach », a-t-elle raconté.

Les intervenants du panel sur le football féminin qui était organisé au centre Peres de Jaffa, le 13 juillet 2023. (Crédit : David Azagury/US Embassy Jerusalem)

Fatima Azzahra Benfares, entrepreneuse sociale au Maroc, s’est aussi adressée au public via Zoom depuis son domicile de Rabat, évoquant ses efforts livrés pour encourager la pratique du football chez les jeunes filles de son pays. Elle est directrice d’un programme parrainé par le gouvernement, « Elle joue au football », qui cherche à permettre à un plus grand nombre de petites filles de s’adonner à ce sport.

Un objectif majeur de Benfares est d’impliquer les parents et de calmer leur anxiété. Elle a indiqué que souvent, « les parents ne veulent pas que leurs filles fassent du sport parce qu’ils ne veulent pas qu’elles se trouvent en permanence au contact d’un professeur ou d’un entraîneur masculin ». Elle a souligné l’importance de former des femmes qui puissent prendre les fillettes sous leurs ailes dans le cadre de son initiative.

Elle a déclaré avoir assisté à un changement majeur dans la façon dont les jeunes femmes athlètes se perçoivent elles-mêmes au Maroc au cours des cinq dernières années.

« Les filles, aujourd’hui, ne veulent pas imiter un joueur masculin quand elles veulent être prises au sérieux », a-t-elle noté. « Si vous demandez à une petite fille qui est son joueur préféré, elle ne parlera plus de Christiano Ronaldo, elle pourra évoquer Alex Morgan. Elles ont dorénavant des modèles et la représentation tient un rôle déterminant. »

Les sports, en général, permettent de créer du lien et de placer très tôt les enfants « dans une situation de dialogue, où ils peuvent rencontrer autrui », a commenté pour sa part Moran Messica-Eidelman, directrice d’Athena, un programme qui veut promouvoir le sport féminin au sein de l’État juif.

Eidelman a grandi à Beer Sheva dans un foyer ouvrier. Ses parents avaient immigré depuis l’Argentine. Elle s’est souvenue qu’elle s’était impliquée très tôt dans le football et que cela lui avait permis de visiter certains secteurs d’Israël qu’elle ne connaissait pas jusque-là, comme Tel Aviv et Jérusalem.

Tami Hay, Moran Messica-Eidelman, Omer Bentzioni de l’ambassade américaine, Ronen Hershko de l’Association israélienne de football et la commentatrice sportive Oshrat Eini au Centre Peres de Jaffa, le 13 juillet 2023. (Crédit : David Azagury/US Embassy Jerusalem)

« Émanciper les femmes dans le sport, ce n’est pas seulement marquer des buts sur le terrain mais c’est aussi détruire des barrières et défier les normes sociétales », a dit Tami Hay, directrice-générale adjointe du du Centre Peres pour l’éducation. Elle a remarqué la capacité des sports à « construire des passerelles et à établir un langage commun », en particulier dans le contexte du conflit israélo-palestinien.

Le football féminin a gagné en importance au cours des dernières années suite à une plainte historique qui avait été déposée en 2019 par l’équipe nationale féminine américaine qui avait demandé l’égalité des salaires à la Fédération de football, qui payait mieux les hommes pour effectuer le même travail.

Après avoir écouté les intervenants, le public a regardé « LFG », le documentaire qui avait été consacré à l’équipe féminine et à sa plainte qui avait été finalement rejetée. L’équipe avait conclu un accord avec l’USSF qui avait permis de mettre en place l’égalité des salaires entre hommes et femmes trois ans plus tard.

Des représentants de l’Association israélienne de football et du ministère de la Culture et des Sports étaient également présents lors de cet événement et ils ont pris la parole devant le public réuni au Centre Peres. Le Comité olympique israélien, pour sa part, avait apporté son soutien à la soirée.

« J’ai le sentiment qu’il y a un changement qui est en train de se faire », a dit Steinschneider. « A chaque fois que je parle à une jeune joueuse de football, je lui dis : ‘La situation peut sembler un peu sombre maintenant, mais il y a de bonnes choses qui sont en train d’arriver' ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.