Abbas aurait promis d’intervenir pour faire revenir un Israélien détenu à Gaza
Rechercher

Abbas aurait promis d’intervenir pour faire revenir un Israélien détenu à Gaza

Le député Issawi Frej indique qu'Abbas s'y est engagé lors d'une rencontre avec des membres du Camp démocratique mardi et dément que ce dernier souhaite la défaite de Netanyahu

Le président Mahmoud Abbas s'exprime pendant la réunion hebdomadaire de cabinet de l'AP dans la ville de Ramallah en Cisjordanie, le 29 avril 2019 (Crédit : Majdi Mohammed / POOL / AFP)
Le président Mahmoud Abbas s'exprime pendant la réunion hebdomadaire de cabinet de l'AP dans la ville de Ramallah en Cisjordanie, le 29 avril 2019 (Crédit : Majdi Mohammed / POOL / AFP)

Le président de l’Autorité palestinienne (AP) a promis à des membres du Camp démocratique mardi qu’il ferait un effort pour garantir la libération d’un Israélien fait prisonnier dans la bande de Gaza, a déclaré l’élu Issawi Frej mercredi.

Avera Mengistu serait très probablement détenu par le groupe terroriste palestinien du Hamas, rival du Fatah de Abbas, ayant disparu il y a cinq ans depuis qu’il est entré dans l’enclave palestinienne.

Frej a indiqué qu’Abbas s’y était engagé lors de la rencontre entre lui, Noa Rothman, également candidate du Camp démocratique, et le président de l’Autorité palestinienne mardi à Ramallah.

« Nous avons évoqué le cas d’Avera Mengistu, et il a promis qu’il travaillerait dur pour garantir sa libération », a ainsi assuré le député au Times of Israel par téléphone. « Nous suivrons la question auprès du bureau d’Abbas, et nous avons appris ce matin de l’Autorité palestinienne qu’ils avaient déjà commencé à s’y atteler ».

Avera Avraham Mengistu, non datée. (Crédit : famille Mengistu via AP)

En septembre 2014, Mengistu, dont la famille a fait savoir qu’il souffrait de troubles mentaux, était entré dans le nord de Gaza depuis la plage de Zikim, à la suite de quoi le Hamas l’aurait interpelé.

En plus de Mengistu, le Hamas est soupçonné de détenir deux autres civils israéliens et les dépouilles de deux soldats tués pendant la guerre de Gaza en 2014.

Issawi Frej a précisé que le président de l’Autorité palestinienne n’avait proposé son aide que pour Mengistu.

« Il comprend que le cas de Mengistu est un cas humanitaire », a-t-il déclaré.

Photo montage des soldats de Tsahal Oron Shaul (à gauche) et Hadar Goldin (à droite).

Le Fatah et le Hamas sont en bisbille depuis 2007 et la prise de pouvoir par la force de l’organisation terroriste dans la bande de Gaza, jusque-là gouvernée par l’Autorité palestinienne dominée par le Fatah.

Talal Okal, un analyste basé dans le territoire, a indiqué qu’Abbas aurait sûrement du mal à s’adresser directement au Hamas pour permettre la libération de Mengistu, mais qu’il pouvait se tourner vers l’Égypte, le Qatar ou la Turquie pour obtenir de l’aide.

« Tous ces États ont des relations avec le Hamas, il pourrait leur demander de faire pression pour sa libération », nous a-t-il expliqué par téléphone.

Gilad Shalit à sa libération, en octobre 2011. (Crédit : GPO/Flash90)

Après la capture du soldat Gilad Shalit en 2006, Abbas avait dit à plusieurs occasions qu’il s’efforçait de garantir son retour en Israël. Il avait finalement été libéré par le Hamas en 2011 en échange de la libération de
1 027 prisonniers palestiniens par Israël.

Frej a également démenti des informations selon lesquelles Abbas avait fait part aux deux candidats de son souhait de voir le Premier ministre Benjamin Netanyahu perdre les élections en septembre.

« Il n’a pas dit ça, ni mentionner le nom de Netanyahu. Ce qu’il a dit, c’est qu’il attendait le résultat des élections et qu’il espérait qu’il y aurait un gouvernement conscient de l’importance de reprendre les discussions », a assuré le candidat du Camp démocratique.

Netanyahu a tweeté une capture d’écran d’un article du Jerusalem Post avec comme légende, « Abu Mazen lors d’une rencontre avec le Meretz ce soir : ‘J’espère que Netanyahu perdra les élections’. Pour ceux qui cherchaient une raison de voter pour le Likud… », reprenant le surnom du responsable palestinien.

Un porte-parole de Noa Rothman a également démenti l’information : « C’est une infox, ça n’a pas été dit ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...