Actes antisémites: « aucune excuse pour importer les préjugés », avertit Johnson
Rechercher

Actes antisémites: « aucune excuse pour importer les préjugés », avertit Johnson

2 suspects arrêtés pour l'agression d'un rabbin à Londres; "F*** les Juifs, violez leurs filles" crié à travers un mégaphone Golders Green samedi

Le Premier ministre britannique Boris Johnson assiste à une conférence de presse virtuelle au 10 Downing Street, dans le centre de Londres, le 8 mars 2021. (HANNAH MCKAY / POOL / AFP)
Le Premier ministre britannique Boris Johnson assiste à une conférence de presse virtuelle au 10 Downing Street, dans le centre de Londres, le 8 mars 2021. (HANNAH MCKAY / POOL / AFP)

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré jeudi devant des responsables de la communauté juive qu’il n’existe « aucune excuse pour importer les préjugés » au Royaume-Uni, condamnant les récents actes antisémites qui ont secoué le pays.

« Quelle que soit la situation au Moyen-Orient, il n’y a aucune excuse pour importer les préjugés dans les rues de notre pays. Sous aucune forme », a-t-il déclaré en recevant à Downing Street le grand rabbin Ephraim Mirvis en personne et sept autres responsables virtuellement.

Les récents incidents survenus au Royaume-Uni incluent l’agression d’un rabbin près de sa synagogue et la « parade dégoûtante » proférant « des discours de haine dans les rues de Londres sont intolérables », a dénoncé le chef du gouvernement conservateur.

La police a arrêté récemment quatre hommes soupçonnés d’avoir lancé injures et menaces antisémites depuis une voiture, incident dont la vidéo a été diffusée sur les réseaux sociaux et suscité de nombreuses condamnations.

Cet incident s’était produit au lendemain d’une manifestation pro-palestinienne à Londres ayant rassemblé des milliers de personnes, au cours de laquelle un drapeau israélien avait été piétiné, sur fond d’affrontements entre Israël et le Hamas.

« Je condamne l’antisémitisme sous toutes ses formes et je suis totalement solidaire de notre communauté juive », « il n’y a pas de place pour l’antisémitisme au Royaume-Uni », a déclaré Boris Johnson, selon un compte-rendu communiqué par ses services.

Le grand rabbin Mirvis a quant à lui fait part de son inquiétude au sujet de la montée de l’antisémitisme au Royaume-Uni, « ce que nous voyons en ce moment est sans précédent ».

Selon le Community Safety trust, organisation qui recense les actes antisémites, ceux-ci ont été multipliés par six récemment, pour atteindre 116 dans les 11 jours qui ont suivi le 8 mai par rapport aux 11 jours précédents.

Le grand-rabbin britannique Ephraim Mirvis à l’occasion de la Journée internationale de commémoration de la Shoah, au Queen Elizabeth II Conference Centre, le 26 janvier 2017, à Londres. (Crédit : Jack Taylor/Getty Images)

Deux hommes ont été arrêtés dans le cadre de l’agression d’un rabbin près de Londres, dans ce que la police a appelé un crime de haine.

Les suspects, âgés de 18 et 25 ans, ont été arrêtés lundi « en lien avec une agression aggravée par un mobile à caractère religieux à Chigwell », a déclaré un porte-parole de la police au journal The Sun.

L’arrestation survient au lendemain de l’agression du rabbin Rafi Goodwin près de sa synagogue. Les suspects ont proféré des insultes antisémites à l’encontre du rabbin, selon le reportage, et auraient volé son téléphone.

Goodwin, qui a été modérément blessé, a été hospitalisé.

Peu après l’incident, la communauté de Goodwin a déclaré dans un email adressé à ses membres que rien n’indiquait que l’agression était un crime de haine.

Mercredi, Robert Jenrick, le secrétaire aux communautés du gouvernement britannique, a déclaré que l’agression de Goodwin s’inscrivait dans le cadre d’une forte recrudescence des incidents antisémites dans le pays, coïncidant avec les hostilités entre le Hamas et Israël.

Les deux suspects sont originaires du quartier d’Ilford, dans l’est de Londres, et sont maintenus en détention, selon The Sun, qui ne précise pas comment les suspects ont répondu aux allégations.

Le jour de l’agression de Goodwin, plusieurs voitures arborant des drapeaux palestiniens ont traversé Golders Green, un quartier juif bien connu de Londres. Un participant du convoi a crié « F*** les Juifs, violez leurs filles » dans un haut-parleur, entre autres autres chants. Le maire avait promis un renforcement des effectifs policiers.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...