Affaire des sous-marins : Netanyahu attend des excuses après les accusations
Rechercher

Affaire des sous-marins : Netanyahu attend des excuses après les accusations

Après avoir été interrogé longuement par la police sur l'affaire 3000, le Premier ministre dit avoir été blanchi

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu à bord du sous-marin "Rahav" sur la base de la marine à Haïfa, le 12 janvier 2012. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu à bord du sous-marin "Rahav" sur la base de la marine à Haïfa, le 12 janvier 2012. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré qu’il avait été blanchi de tout soupçon sur un éventuel comportement répréhensible dans une enquête pour corruption, portant sur l’acquisition sous-marins auprès d’un constructeur naval allemand.

Il s’en est pris aux médias et aux élus, qui avaient suggéré qu’il était impliqué, et a dit qu’il s’attendait à des excuses, dans une vidéo publiée sur sa page Facebook.

Mardi, Netanyahu a été interrogé par la police pendant 5 heures au sujet de l’affaire 3000, dans laquelle le Premier ministre n’est pas suspect.

C’était la première fois qu’il était interrogé sur cette affaire qui porte sur des soupçons selon lesquels des fonctionnaires de l’État ont été soudoyés pour influencer une décision concernant l’achat de quatre patrouilleurs et de trois sous-marins de la classe Dolphin pour un coût total de 2 milliards d’euros auprès de ThyssenKrupp, malgré l’opposition du ministère de la Défense à l’accord.

La police serait prête à recommander l’inculpation de cinq suspects dans cette affaire, dont Shimron et l’ancien conseiller et confident de Netanyahu, Yitzchak Molcho.

Le Premier ministre a déclaré mardi à la police qu’il n’était pas au courant des liens de son avocat personnel et cousin David Shimron avec le représentant local du constructeur naval allemand ThyssenKrupp.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu sur l’INS Tanin, sous-marin construit par la firme allemande ThyssenKrupp, à son arrivée en Israël, le 23 septembre 2014. (Crédit : Kobi Gideon/GPO/Flash90)

Dans la vidéo de mercredi, Netanyahu a déclaré que « pendant de longs moins, nous avons entendu toutes sortes d’histoires et d’inventions à mon sujet, avec toutes sortes de photos dans lesquelles j’entre et je sors de sous-marins, comme si j’avais pris des décisions avec des motifs cachés.

« Hier, il est devenu clair que mes prises de position concernant les sous-marins et les navires étaient totalement professionnelles, et comme toujours, dans l’intérêt de la sécurité d’Israël.

« Je m’attends à ce que les médias et les politiciens comme [Yair] Lapid [de Yesh Atid] ou [l’ancien ministre de la Défense et ancien chef d’état-major Moshe] Bogie Yaalon s’excusent. Ils ne l’ont pas encore fait. »

« Mais les troubles se sont dissipés, et leurs autres troubles se dissiperont aussi. S’excuseront-ils à ce moment-là ? J’en doute, mais on peut toujours espérer », a dit Netanyahu.

Yaalon avait affirmé qu’il n’y avait « aucun moyen » que Netanyahu ne soit pas impliqué dans ces accords.

Lapid, chef de l’opposition, avait jeté le doute sur le fait que le Premier ministre n’ait pas eu connaissance du rôle de Shimron.

Un communiqué de la police diffusé après l’interrogatoire a souligné le fait que le Premier ministre avait été entendu en tant que témoin, et non pas comme un suspect, comme l’avait souligné le chef de la police par le passé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...