Netanyahu dit qu’il ignorait les liens de son avocat avec ThyssenKrupp
Rechercher

Netanyahu dit qu’il ignorait les liens de son avocat avec ThyssenKrupp

Témoignant dans l'affaire 3000, le Premier ministre a détaillé le processus de prise de décision en matière d'achat d'armes, la conduite du gouvernement a été "irréprochable"

Capture d'écran de la vidéo d'une interview donnée par le Premier ministre Benjamin Netanyahu à la BBC à Londres, et diffusée le 7 juin 2018. (BBC)
Capture d'écran de la vidéo d'une interview donnée par le Premier ministre Benjamin Netanyahu à la BBC à Londres, et diffusée le 7 juin 2018. (BBC)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré mardi à la police qu’il n’était pas au courant des liens de son avocat personnel et cousin David Shimron avec le représentant local du constructeur naval allemand ThyssenKrupp, alors qu’il témoignait dans une enquête sur la corruption concernant l’achat de sous-marins et d’autres navires militaires à la compagnie.

Les enquêteurs ont interrogé le Premier ministre à sa résidence officielle à Jérusalem pendant cinq heures au sujet de l’affaire 3000, dans laquelle le Premier ministre n’est pas considéré comme un suspect. C’était la première fois que le Premier ministre était interrogé sur cette affaire.

Selon le site d’information Ynet, la plupart des témoignages de Netanyahu se sont concentrés sur les procédures d’achat d’armes. Le Premier ministre aurait donné des réponses détaillées sur la manière dont les décisions ont été prises et affirmé que la conduite du gouvernement dans cette affaire avait été irréprochable.

L’affaire 3000 porte sur des soupçons selon lesquels des fonctionnaires de l’État ont été soudoyés pour influencer une décision concernant l’achat de quatre patrouilleurs et de trois sous-marins de la classe Dolphin pour un coût total de 2 milliards d’euros auprès de ThyssenKrupp, malgré l’opposition du ministère de la Défense à l’accord.

David Shimron, l’avocat personnel du Premier ministre Benjamin Netanyahu, pendant une conférence de presse du Likud à Tel Aviv, en février 2015. (Crédit : Flash90)

La police a déclaré dans un communiqué que Netanyahu « a témoigné pendant plusieurs heures » dans le cadre de l’enquête.

« L’enquête est menée sous la supervision et le contrôle du procureur général et avec l’approbation du procureur général », poursuit le communiqué. « Au-delà de cela, nous ne pouvons pas nous étendre sur les détails des enquêtes en cours. »

Un porte-parole de la famille Netanyahu a déclaré que le Premier ministre « a détaillé toutes les considérations politiques qui ont guidé ses décisions en ce qui concerne les sous-marins et les navires de guerre, et leur importance pour la sécurité du pays ».

« Le Premier ministre s’est félicité de l’occasion qui lui a été donnée de clarifier l’ensemble de la situation et de mettre un terme aux fausses allégations qui ont été faites à son encontre par des politiciens et d’autres personnes », a déclaré le porte-parole.

Des proches de Netanyahu ont été arrêtés dans le cadre de cette affaire.

Miki Ganor lors d’une audience au tribunal de première instance de Rishon Lezion, le 21 juillet 2017. (Crédit : Flash90)

La police serait prête à recommander l’inculpation de cinq suspects dans cette affaire, dont Shimron et l’ancien conseiller et confident de Netanyahu, Yitzchak Molcho.

La police soupçonne Molcho d’avoir tenté de faire avancer l’affaire des sous-marins lors de ses voyages diplomatiques à l’étranger, tandis que Shimron, le partenaire juridique de Molcho, cherchait à promouvoir les intérêts des constructeurs navals allemands en Israël.

Shimron a été interrogé à plusieurs reprises dans le cadre de l’enquête menée par l’unité de lutte contre la corruption Lahav 433. En plus de son travail avec Netanyahu, il a servi comme avocat pour Miki Ganor, qui était le représentant local de ThyssenKrupp et qui est devenu témoin de l’Etat en juillet. Shimron est considéré comme un suspect clé dans cette affaire.

Bien qu’il ne soit pas suspecté dans l’affaire 3000, Netanyahu a dû faire face à des enquêteurs à neuf reprises depuis le début de 2017 dans le cadre de trois autres affaires de corruption dans lesquelles il est suspecté.

Le ministère public examine actuellement la possibilité d’inculper le Premier ministre dans deux affaires de corruption, l’affaire 1000 et l’affaire 2000, après que la police a recommandé en février de traduire Netanyahu en justice dans les deux affaires. Dans l’affaire 1000, Netanyahu et son épouse sont soupçonnés d’avoir reçu des cadeaux illicites de la part de bienfaiteurs milliardaires. L’affaire 2000 concerne un accord de contrepartie illicite présumé entre Netanyahu et l’éditeur de journaux Yedioth Ahronoth Arnon Mozes.

La police mène toujours une troisième enquête, Affaire 4000, concernant des soupçons selon lesquels Netanyahu a avancé des décisions réglementaires au profit de Shaul Elovitch, actionnaire majoritaire de Bezeq, en échange d’une couverture flatteuse des Netanyahu par le site d’information Walla, propriété d’Elovitch.

Les Netanyahu ont réfuté tout acte répréhensible

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...