Alertes à la bombe dans les CCJ : l’arrestation du suspect est un soulagement mais les Juifs américains restent vigilants
Rechercher

Alertes à la bombe dans les CCJ : l’arrestation du suspect est un soulagement mais les Juifs américains restent vigilants

Les responsables évoquent le vandalisme antisémite et d'autres incidents pour montrer que les crimes de haine restent un problème majeur

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

L'adolescent juif israélo-américain qui a été accusé d'avoir lancé des dizaines d'alertes à la bombe antisémites aux Etats-Unis et ailleurs, escorté par des gardes alors qu'il quitte le tribunal israélien de Rishon Lezion, le 23 mars 2017. (Crédit : Jack Guez/AFP)
L'adolescent juif israélo-américain qui a été accusé d'avoir lancé des dizaines d'alertes à la bombe antisémites aux Etats-Unis et ailleurs, escorté par des gardes alors qu'il quitte le tribunal israélien de Rishon Lezion, le 23 mars 2017. (Crédit : Jack Guez/AFP)

WASHINGTON – Malgré le fait que la police israélienne a arrêté jeudi un jeune juif israélien soupçonné d’être l’auteur de la majorité des alertes à la bombe lancées contre des centres communautaires juifs (CCJ) et d’autres institutions dans le pays, les leaders des CCJ et les Juifs américains proéminents ont déclaré qu’ils ne baisseraient pas la garde.

« Je ne pense pas que [la situation] ait changé », a déclaré Richard Zakalik, le directeur du CCJ à Getzville, New York, une banlieue de Buffalo, au Times of Israel.

« Je veux dire, vous avez un type qui a été arrêté et il y a un imitateur et il y en a d’autres. Ce n’est pas quelque chose de nouveau chez les Juifs. Nous l’avons déjà vu et nous allons le revoir ».

Le CCJ de Getzville a été victime d’une menace à la bombe le mois dernier, provoquant l’évacuation de son bâtiment. L’appel a été lancé le 20 février – pendant la Journée du Président – et faisait partie d’une vague de fausses alertes à la bombe qui a touché 11 autres institutions juives ce jour-là.

L'adolescent juif américano-israélien, au centre, qui a été accusé d'avoir fait des dizaines d'alertes à la bombe antisémites aux Etats Unis et ailleurs, escorté par des gardes alors qu'il quitte le tribunal israélien de Rishon Lezion le 23 mars 2017 (Crédit : AFP/JACK GUEZ)
L’adolescent juif américano-israélien, au centre, qui a été accusé d’avoir fait des dizaines d’alertes à la bombe antisémites aux Etats Unis et ailleurs, escorté par des gardes alors qu’il quitte le tribunal israélien de Rishon Lezion le 23 mars 2017 (Crédit : AFP/JACK GUEZ)

Depuis janvier, près de 150 menaces de bombes ont touché les CCJ, les écoles juives et d’autres institutions, provoquant l’évacuation de dizaines de centres communautaires juifs et incitant certains parents à retirer leurs enfants des programmes des CCJ.

Les menaces sont venues par vagues successives, par téléphone et par courrier électronique, et plusieurs des institutions ont été ciblées plus d’une fois.

Jeudi, des policiers israéliens ont arrêté un homme d’Ashkelon, âgé de 18 ans, soupçonné d’être derrière des centaines d’appel, ce qui est une conclusion étonnante car la communauté juive américaine craignait que les menaces ne fassent partie d’une hausse de l’antisémitisme.

L'adolescent juif américano-israélien qui a été accusé d'avoir lancé des dizaines d'alertes à la bombe antisémites aux Etats Unis et ailleurs, au tribunal israélien de Rishon Lezion le 23 mars 2017 (Crédit : Flash90)
L’adolescent juif américano-israélien qui a été accusé d’avoir lancé des dizaines d’alertes à la bombe antisémites aux Etats Unis et ailleurs, au tribunal israélien de Rishon Lezion le 23 mars 2017 (Crédit : Flash90)

Le sentiment de Zakalik semblait partagé par beaucoup de personnes dans la communauté juive américaine, qui affirment que les crimes de haine ont augmenté dans les trois derniers mois.

« Cette arrestation ne change pas le fait que l’antisémitisme est à un niveau alarmant », a indiqué le représentant de la Floride, Ted Deutch, un démocrate, au Times of Israël dans un communiqué.

« Il y a eu d’autres menaces, des attaques physiques contre des Juifs, la profanation de cimetières juifs et des cyber-attaques contre des Juifs », a-t-il ajouté.

Ted Deutch, représentant de Floride, au quatrième jour de la Convention nationale démocrate, à Philadelphie, le 28 juillet 2016. (Crédit : Alex Wong/Getty Images via JTA)
Ted Deutch, représentant de Floride, au quatrième jour de la Convention nationale démocrate, à Philadelphie, le 28 juillet 2016. (Crédit : Alex Wong/Getty Images via JTA)

« Nous avons besoin d’une meilleure coordination entre les agences gouvernementales pour enquêter sur les affaires et combattre l’antisémitisme », a-t-il ajouté. « Je continue à exhorter l’administration à mettre en place une approche globale et coordonnée pour lutter contre ces menaces ».

Mise à part les menaces de bombes, d’autres attaques antisémites qui provenaient certainement du sol américain ont également suscité des inquiétudes dans les communautés juives. Ceux-ci incluent des croix gammées retrouvées dans de nombreuses écoles et d’autres bâtiments, et des centaines de pierres tombales juives vandalisées, dont plus récemment en Pennsylvanie et dans le Missouri.

Dans un autre incident ce mois-ci, un coup de fusil a été tiré dans une synagogue, au Temple d’Adath BNai Israel, à Evansville, dans l’Indiana.

Néanmoins, certains dirigeants des CCJ aux États-Unis estiment qu’une partie de la menace pourrait s’être atténuée avec l’arrestation de l’adolescent israélien.

« Je suis soulagé qu’une arrestation ait été faite », a déclaré Barak Hermann, qui dirige le CCJ de Greater Baltimore, au Times of Israel.

« J’espère que cette arrestation concerne toutes les menaces, que ce soit par courriel ou par téléphone, qui sont arrivées. J’espère qu’ils ont trouvé le principal auteur [des menaces] dont nous et les autres CCJ des États-Unis et du Canada avons été victime ».

Malgré l’arrestation, Hermann ne baisse pas la garde. « Nous allons maintenir le même protocole de sécurité que nous avons mis en place », a-t-il déclaré.

Zakalik a déclaré la même chose au sujet de son CCJ dans l’ouest de New York : « Nos mesures de sécurité étaient en place avant les menaces de la bombe et elles seront en place après les menaces de la bombe ».

Une réalité avec laquelle les Juifs américains ont dû se confronter jeudi était le profil de l’auteur présumé, un adolescent juif israélien-américain.

« Nous sommes troublés d’apprendre que la personne suspectée de proférer ces menaces contre les centres communautaires juifs, qui jouent un rôle central dans la communauté juive et qui servent de lieux inclusifs et accueillants pour tous – serait juif », a déclaré Doron Cracovie, le PDG et le président du JCC Association of North America, dans un communiqué.

Jerry Silverman, le président et le PDG des Fédérations juives d’Amérique du Nord, a également exprimé le regret.

« Cela a été déchirant d’apprendre qu’un Juif était le principal suspect », a-t-il regretté dans un communiqué.

Jerry Silverman, PDG des Fédérations juives d'Amérique du Nord, à l'Assemblée générale de 2012 à Baltimore dans le Maryland (Crédit : JFNA / JTA)
Jerry Silverman, PDG des Fédérations juives d’Amérique du Nord, à l’Assemblée générale de 2012 à Baltimore dans le Maryland (Crédit : JFNA / JTA)

Le mois dernier, le président Donald Trump aurait indiqué à un groupe de procureurs généraux de l’Etat qui étaient à la Maison Blanche, qu’il soupçonnait que les alertes à la bombe contre la communauté juive étaient peut-être lancées pour des motifs politiques.

Plus tard le même jour, il a débuté son premier discours pendant une session conjointe du Congrès en condamnant les attaques antisémites dans tout le pays.

Au début du mois, 141 dirigeants des centres communautaires juifs américains ont envoyé une lettre ouverte au procureur général Jeff Sessions et lui ont demandé d’entreprendre plus d’action pour faire face à la menace. Ils ont exprimé leur frustration quant à la façon dont l’affaire était traitée.

Mais jeudi, les dirigeants juifs ont salué la coopération qui a eu lieu entre les polices israélienne et américaine.

« Il y a dix jours, et de nouveau ce matin, les dirigeants juifs ont reçu des informations des hauts responsables du FBI. À partir de ces séances d’information, nous avons appris que le temps et les ressources consacrés à cette enquête étaient sans précédent, avec un haut niveau de coopération avec le ministère de la Sécurité intérieure et une longue liste de partenaires, dont les forces de l’ordre israélienne », a déclaré Silverman.

« En tant que communauté et société, nous devons rester vigilants dans nos efforts pour contrer l’antisémitisme et les autres crimes de haine tels qu’ils apparaissent », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...